Projet de révision constitutionnelle: les députés des Alpes-maritimes votent pour sauf Jean Leonetti

L'Assemblée nationale a voté mercredi le projet de révision constitutionnelle annoncé par François Hollande après les attentats du 13 novembre par 317 voix, contre 199, et 51 abstentions. Dans les Alpes-maritimes, tous les députés ont voté pour sauf Jean Leonetti.

  • Par Olivier Le Creurer
  • Publié le
Jean Leonetti député LR des Alpes-maritimes a voté contre le projet de révison constitutionnelle. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP Jean Leonetti député LR des Alpes-maritimes a voté contre le projet de révison constitutionnelle.

Ce texte de "protection de la Nation", qui vise à inscrire dans la loi fondamentale le régime de l'état d'urgence et la déchéance de nationalité pour les auteurs de crimes et délits terroristes, a ainsi totalisé légèrement plus des trois cinquièmes des suffrages exprimés. Il va désormais être examiné dans un mois au Sénat, où la droite est majoritaire.

Au Palais-Bourbon, il a obtenu le soutien d'une majorité des groupes socialiste (165 pour, 83 contre, 36 abstentions), encore plus des Républicains (111 pour, 74 contre, 8 abstentions) et de l'UDI (25 pour, 4 contre).  Ruddy Salles (UDI) et les députés LR des Alpes-maritimes ( Bernard Brochand, Eric Ciotti, Christian Estrosi, Charles-Ange Ginesy, Jean-Claude Guibal, Lionnel Luca, Michèle Tabarot) ont tous voté pour à l'exeption de Jean Leonetti, qui le 29 janvier parlait de "réforme inutile de la constitution qui nuit aux actes nécessaires contre le terrorisme". Le député-maire d'Antibes a voté contre. 

Ont été partagés en revanche les écologistes (13 contre, 4 pour, 1 abstention) et, dans une moindre mesure, les radicaux de gauche (10 pour, 5 contre, 3 abstentions). Quasi unanime, le groupe à dominante Front de Gauche a rejeté le projet de réforme constitutionnelle (12 contre, 2 abstentions, 1 ultramarin pour). Dans les non inscrits, les deux élus FN, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, ont voté contre. Le MoDem Jean Lassalle ou l'ancien socialiste Thomas Thévenoud ont aussi voté contre, tandis que Nicolas Dupont-Aignan a voté pour.

Alors que plusieurs voix, à droite mais aussi à gauche, doutent que le processus aille à son terme, l'exécutif espère voir adopter le texte lors d'un nouveau Congrès à Versailles, où une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés est requise pour le vote de toute révision constitutionnelle.
les + lus
les + partagés