publicité

Assassinat d' Hélène Pastor : la garde à vue du commanditaire présumé validée

La Cour de cassation a validé mardi la garde à vue de Wojciech Janowski, commanditaire présumé de l'assassinat de sa belle-mère, la richissime Monégasque Hélène Pastor, dans une instruction qui touche à sa fin.

  • Avec l'AFP
  • Publié le
© MAX PPP

© MAX PPP

La  garde à vue de Wojciech Janowski, gendre de la défunte Hélène Pastor, et commanditaire présumé de son aéssassinat, n'est pas entachée d'irrégularités et elle est donc valide.
La Cour de cassation a statué.

Des aveux, puis une rétractation

L'avocat  de l'ancien consul honoraire de Pologne avait demandé l'annulation  de cette garde à vue de juin 2014, car M. Janowski n'aurait pas bien saisi toutes les questions qui lui étaient posées en l'absence d'un interprète. Au cours de cette garde à vue, il avait avoué avoir commandité l'assassinat de sa belle-mère, une riche femme d'affaires, avant de se rétracter.
La cour d'appel d'Aix-en-Provence avait rejeté fin juin 2015 les arguments de la défense, qui avait alors formé un pourvoi en cassation, rejeté ce mardi.  

A plusieurs reprises, en garde à vue puis devant le juge d'instruction et le juge des libertés et de la détention, M. Janowski a montré qu'il maîtrisait la langue française


souligne la Cour de cassation, qui juge non du fond du dossier mais de la bonne application du droit.
S'il n'avait pas eu l'assistance d'un avocat, la cour d'appel avait estimé que le mouvement de grève des avocats commis d'office constituait "une circonstance insurmontable", rappelle la haute juridiction.

Wojciech Janowski le 27 juin 2014, davant le commissariat de Nice © MAX PPP

© MAX PPP Wojciech Janowski le 27 juin 2014, davant le commissariat de Nice



Un guet-apens devant l'hôpital l'Archet, à Nice

Hélène Pastor et son chauffeur étaient tombés le 6 mai 2014 dans un guet-apens devant un hôpital de Nice. Un tireur embusqué avait ouvert le feu à deux reprises à travers la vitre du passager, avant de prendre la fuite en compagnie d'un complice. Mohamed Darwich, 54 ans, avait succombé à ses blessures le 10 mai, et Mme Pastor, 77 ans, le 21 mai.
Au total, huit personnes ont été mises en examen dans l'enquête sur ce double assassinat, dont ses deux exécutants et le coach sportif Pascal Dauriac, soupçonné d'en être l'organisateur.
Le mobile du crime semble financier. Janowski, qui se présentait comme un homme d'affaires de haute voltige, était en réalité aux abois.
les + lus