publicité

Inondations : bras de fer des campings et la ville d'Antibes

Plus de trois mois après les inondations qui ont détruit les campings du secteur de la Brague, les professionnels voudraient s'équiper de  nouveaux mobiles-homes, contre l'avis de la commune qui veut interdire le  renouvellement du parc.

  • Par Catherine Lioult
  • Publié le
© France 3 Côte d'Azur

© France 3 Côte d'Azur

Les professionnels de l'hôtellerie en plein air d'Antibes sont en colère. Beaucoup sont situés à proximité de la Brague, ce fleuve qui, cette nuit du 3 octobre 2015,  est sorti de son lit après de violentes précipitations. Les campings ont été littéralement dévastés et les mobile-homes emportés ou noyés sous l'eau.
Désormais, à quelques mois de la saison touristique, il faut s'équiper, mais la ville d'Antibes n'est pas de cette avis.

On a eu une vraie catastrophe, avec des hauteurs d'eau supérieures à 1 mètre, connaissant cela, on ne peut pas fermer les yeux


nous dit Patrick Dulbecco, adjoint au maire délégué à l'urbanisme.
La commune veut donc appliquer à la lettre le PPRI, c'est à dire le plan de prévention des risques inondations, qui a classé ce secteur en zone rouge. En clair, ce que la crue a détruit ne sera pas remplacé. Pire, les contrevenants, avec le feu vert du procureur, seront verbalisés.

© France 3 Cote d'Azur

© France 3 Cote d'Azur


Françoise Pauget, propriétaire du camping du pylône, comptait remplacer 350 mobile-homes sur les 500 que compte son établissement de plein air. 

Si on nous interdit les mobile-homes, on est mort, parce que que c'est la plus grosse demande


déclare t-elle. Les professionnels comptent rencontrer le procureur, et le préfet pour évoquer ce dossier.

REPORTAGE:
Polémique mobile-homes quartier le Brague

les + lus
les + partagés