publicité

L'avenir des ports de Menton se joue en 2016

La ville de Menton compte deux ports pour une capacité d'accueil totale de 1397 places. Chacun a un mode de gestion différent mais la mairie souhaite reprendre la main sur ce qui pourrait être  la plus grosse capacité portuaire de l'est du département.

  • Par Catherine Lioult
  • Publié le
© F3CA

© F3CA

Le maire de Menton voit grand. Il souhaite faire de sa commune le plus gros port de plaisance de l'ouest du département.
Et c'est l'année ou jamais. Car la commune a deux ports, avec un mode de gestion distinct et cette fois, elle peut se repositionner pour récupérer la gestion des deux bassins.
© F3CA

© F3CA


Le vieux Port est construit sur un peu plus de 6 hectares pour une capacité de 596 places.  Il  est public et il est géré par un service de la ville, mais il dépend du département depuis la loi de décentralisation de 1983. Une loi autorise la commune à récupérer entièrement sa gestion.
Coïncidence du calendrier, la concession du port de Garavan ( 770 places y compris pour de grosses unités) arrive à échéance cette année, et là encore, c'est l'occasion pour la mairie de reprendre la main.
La commune disposerait alors de la plus  grosse capacité portuaire de l'est du département.

Les enjeux avec ce reportage :
Les ports de Menton repris en gestion municipale


  • Pour ou contre un policier municipal à la Brigue ?

    Une consultation publique est lancée par la mairie jusqu'au 10 novembre, pour établir s'il faut créer un poste de policier municipal face à la recrudescence des incivilités.

    Mis à jour aujourd'hui à 12h00
  • Fermeture provisoire d'un EHPAD à St-Jeannet

    La Palombière, établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, est fermé suite à une visite de contrôle faisant état de  " carences de nature à compromettre la santé, la sécurité et le bien-être moral ou physique des résidents, notamment au regard du risque « incendie ».

    Mis à jour le 23/08/2016
  • La slackline, ou l'art d'évoluer au dessus du vide sur une sangle

    Comme des funambules, ils évoluent à des centaines de mètres du sol, sur une sangle, en pleine nature. Avec son relief escarpé, la Côte d'Azur est un terrain de prédilection pour les slackliners. La discipline est peu dangereuse si elle est pratiquée dans les règles.

    Mis à jour le 21/08/2016
les + lus