publicité

Logement neuf : 2015 synonyme de reprise, les promoteurs confiants pour 2016

Le marché du logement neuf a connu une "reprise incontestable" en 2015 après quatre ans d'atonie, grâce à des taux de crédit bas et des ventes aux investisseurs dopées par une fiscalité favorable, disent les promoteurs privés, confiants pour l'année en cours.

  • Par Anne Le Hars
  • Publié le
Logements en construction (Archives) © Maxppp

© Maxppp Logements en construction (Archives)

L'an dernier les ventes globales des promoteurs privés ont progressé de 13,6% pour s'élever à 122.781 logements neufs, tout en restant inférieures de 8,7% à leur niveau de 2010 (134.520), selon les chiffres publiés jeudi par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

Cette embellie du marché est due aux ménages "investisseurs", c'est-à-dire ceux qui ont acheté un logement pour le louer: 49.564 logements leur ont été vendus l'an dernier, soit une hausse de 44%.

"Pinel" assoupli

Ils ont ainsi été nombreux à profiter de la faiblesse des taux des crédits immobiliers - aux alentours de 2,3% sur 15 ans en moyenne - et d'un dispositif fiscal "Pinel" assoupli, avec la possibilité de louer le logement acquis à ses ascendants ou descendants, sur une durée d'engagement modulée (6, 9 ou 12 ans). 

L'autre moteur du marché, les accédants à la propriété, est lui, resté un peu en retrait : ces ménages ont acheté 43.624 logements neufs, ce qui marque un repli de 1,7% comparé à 2014.

"Nous sommes très contents, la reprise est incontestable", a estimé lors d'une conférence de presse Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI. "Mais l'accession à la propriété n'a pas décollé. Nous sommes sur une baisse en volumes, et aussi en-dessous des besoins démographiques".


En outre les mises en vente de logements progressent moins vite que les ventes elles-mêmes, tandis que les délais de commercialisation se raccourcissent (à 11,7 mois en moyenne), signe de tensions entre l'offre et la demande, observent les promoteurs privés.

Selon la FPI, c'est la lenteur du cycle de production du logement neuf, allongé par les délais administratifs et les recours contre les permis de construire - 
elle en avait comptabilisé 33.000 à l'automne -, qui explique que l'offre commerciale "ne décolle pas".
La fédération souhaite que les délais de recours soient encadrés - 4 mois en première instance, 6 mois en appel -, une revendication formulée mercredi dernier en rencontrant la nouvelle ministre du Logement, Emmanuelle Cosse.

Les chartes municipales critiquées

Elle s'insurge aussi contre les chartes imposées par un nombre croissant de municipalités - elle en a recensé 14 - dont Bordeaux, Nice, La Rochelle, Rennes, Tours ou Toulouse.

"Ces chartes se superposent au plan local d'urbanisme (PLU) et imposent par exemple de construire de grands logements qui s'écoulent avec difficulté, ou des prix plafonnés sans contrepartie. Cela ralentit les instructions de permis de construire et peut rendre la réalisation du projet impossible", dit Mme François-Cuxac.


La FPI étudie les recours juridiques possibles, a précisé sa présidente à l'AFP.
Pour 2016, la FPI se veut optimiste grâce à l'amélioration de la conjoncture économique - avec une croissance de 1,5% attendue par le gouvernement -, et des carnets de commandes "plutôt mieux garnis".

Surtout, elle mise sur la distribution plus large par l'Etat du Prêt à taux zéro (PTZ), qui permet à nombre de ménages de boucler leur emprunt immobilier. La plupart de ceux qui visitent les bureaux de ventes des promoteurs ces dernières semaines l'intègrent dans leur financement, rapporte la FPI.
Depuis le 1er janvier, un niveau de revenus augmenté, une proportion de l'emprunt portée à 40% et une durée d'amortissement allongée ont rendu ce prêt accessible à 87% de la population, selon le promoteur Nexity.

Taux de TVA réduit pour clients modestes ?


La FPI souhaite, pour produire des "logements abordables", que ses clients les plus modestes puissent bénéficier de taux de TVA réduits, sous condition de ressources et de prix plafonnés.

Elle aimerait aussi siéger dans les commissions d'attribution de logements sociaux pour "réfléchir ensemble" à leur construction.
- avec AFP -
les + lus