publicité

L'OGC Nice remonte sur le podium pour la 7ème fois de la saison

L'OGC Nice, net vainqueur du Gazélec Ajaccio (3-0) grâce à une exploit personnel de Hatem Ben Arfa, a repris la 3e place du classement de Ligue 1, dimanche à l'Allianz Riviera lors de la 31e journée.

  • AFP
  • Publié le
L'OGC Nice s'est imposé 3 à 0 face au GFC Ajaccio © VALERY HACHE / AFP

© VALERY HACHE / AFP L'OGC Nice s'est imposé 3 à 0 face au GFC Ajaccio

A la faveur de ce résultat, les Azuréens repassent ainsi devant Lyon (4e) et Rennes (5e) et remontent pour la 7e fois cette saison sur le podium, tandis que le Gazélec (18e) replonge après quatre matches sans défaite. "Le collectif prime sur tout", n'arrête pas de répéter Claude Puel mais la vie est plus facile avec Hatem Ben Arfa (1 but, 1 passe décisive). Comme souvent cette saison, l'international a trouvé l'interrupteur pour illuminer un jeu niçois par ailleurs peu réaliste en première période.

Ben Arfa ouvre le score

Parti arrêté, ballon collé à son pied gauche, le meneur azuréen laissait sur place dans la surface ajaccienne Pablo Martinez puis Mohamed Larbi et trompait Clément Maury d'une frappe enroulée (1-0,  14). Auteur, dimanche, de son douzième but en Ligue 1, le Niçois aux accélérations déroutantes, a également porté à quatre son total de passes décisives peu après l'heure de jeu en délivrant, après s'être libéré côté droit du marquage, une nouvelle  offrande à Alassane Pléa.

Les Corses trop statiques

L'avant-centre niçois, qui en avait vendangé précédemment au moins deux (37, 52), concrétisait cette occasion - certes au bénéfice d'un oubli de Martinez - pour installer le succès du GYM (2-0, 66). Volontaires mais peu efficaces en première période (cinq tirs, pas un seul cadré), les Corses étaient trop souvent statiques ensuite, notamment sur phases arrêtées, pour inquiéter réellement leurs adversaires.

Hommage à Pancho Gonzalès

En cette journée d'hommage à Pancho Gonzalès, le plus Niçois des Argentins ayant été de tous les titres de l'OGCN, en tant que joueur dans les années 50 et 60, puis comme entraîneur et dirigeant, les Azuréens ont soigné avec élégance leur fin de partie, avec un débordement sans opposition de Valère Germain côté gauche, suivi d'un centre pour Michaël Seri qui reprenait aux 6 mètres (3-0, 88).

Nice, qui ne vise pas officiellement l'Europe pourra en tout cas préparer sereinement une première quinzaine d'avril décisive face au PSG, Rennes et Lyon.
les + lus