publicité

Des graffitis néonazis peints sur une grange à Epenoy dans le Doubs.

Il y a maintenant une semaine, dans la nuit de samedi à dimanche, des graffitis néonazis ont été peints sur une grange d'Epenoy. Le propriétaire des murs a immédiatement porté plainte. Les antifascistes appellent à la vigilance "sur les activités possibles des militants de ce groupuscule nazi". 

  • Par Isabelle Brunnarius
  • Publié le 10/05/2014 | 18:50, mis à jour le 11/05/2014 | 10:30
Graffitis nazis sur une grange d'Epenoy

Graffitis nazis sur une grange d'Epenoy

Le mur de la grange est idéalement placé au bord de la route des microtechniques. Un panneau publicitaire malgré lui régulièrement taggé mais cette fois-ci la signification du graffiti fait froid dans le dos. D'après les recherches du collectif antifasciste de Franche-Comté, il s'agit d'un nouveau type d'inscription qui pourrait signifier des velléités de vouloir passer à une forme d'action. "Blood and Honour"  (sang et honneur) est un groupe qui a "pour fonction de diffuser les théories nazis via les concerts qu’il organise à travers toute l’Europe" explique le collectif. C 18 pourrait avoir une signification sans équivoque : C comme combat,  1 comme la première lettre de l'alphabet A, la 8 eme étant le H. Les deux initiales d'Adolf Hitler. C18 est la "branche armée du groupe néonazi britannique Blood & Honour", une revendication affichée sur leur site internet.

Ce groupuscule néonazi serait situé dans l'Est de la France. Epenoy a déjà été choisi par les néonazis comme lieu de concert en 2011. Une manifestation évitée de justesse par le maire d'Epenoy. Géographiquement, c'est un lieu bien situé non loin de la Suisse et de l'Allemagne. Il se pourrait qu'il y ait en Franche-Comté quelques relais pour ces groupuscules répartis entre la région lyonnaise et l'Alsace. On se souvient de la condamnation pour incitation et provocation à la haine raciale du leader du Front Comtois par le tribunal de Montbéliard en décembre 2011. Depuis le Front Comtois s'est auto-dissous. En 2010, la justice avait condamné à un an ferme un  néonazi Haut-Saônois qui avait s'était retranché chez lui. Les gendarmes avaient découvert chez lui des armes et des objets nazis. D'où l'appel à la vigilance lancé par le collectif antifasciste. 

Tags nazis sur une grange à Epenoy.


 
les + lus
les + partagés