publicité

Le petit garçon atteint d'une infection à méningocoques est décédé

L'enfant de 5 ans de Saint-Loup-Semouse (Haute-Saône) était hospitalisé en réanimation au CHU de Besançon. Dans son école, une cellule de soutien psychologique va rester en place plusieurs jours.

  • Par Sophie Courageot
  • Publié le , mis à jour le
L'enfant était scolarisé dans cette école du centre de Saint-Loup-sur-Semouse © France 3 Franche-Comté : Franck Menestret

© France 3 Franche-Comté : Franck Menestret L'enfant était scolarisé dans cette école du centre de Saint-Loup-sur-Semouse

Le petit garçon était scolarisé en grande section à l'école maternelle du centre à Saint-Loup-sur-Semouse. Il était encore sur les bancs de l'école vendredi. Il a été héliporté samedi dans un état grave vers l'hôpital de Besançon.

Une cellule d'écoute a été mise en place aujourd'hui au sein de l'établissement, par l'éducation nationale. La cellule va rester en place plusieurs jours pour épauler l'équipe éducative, les enfants, et les familles. 110 enfants sont scolarisés dans le groupe scolaire endeuillé.

Un enfant de 5 ans succombe à une infection à méningocoques

L'enfant était scolarisé à Saint-Loup-sur Semouse en Haute-Saône. Une cellule d'écoute a été mise en place. Interview : Docteur Laurence Guillaume, médecin conseiller technique Académie de Vesoul - Docteur Michel Rameau, médecin généraliste - Thierry Bordot, maire de la commune. Reportage C.Jeannin et F. Menestret.



Une campagne de vaccination pour les proches

Hier, l'Agence régionale de santé a annoncé avoir identifié toutes les personnes ayant eu des contacts proches et répétés avec cet enfant dans son entourage familial et à l'école. 

Ces personnes ont été invitées à se rendre chez leur médecin traitant pour prescription d’un traitement antibiotique préventif de courte durée. 

Dès dimanche, l'Agence Régionale de Santé avait pris contact avec la mairie pour contacter au plus vite les familles des enfants scolarisés avec le petit garçon. 


Des cas très rares en France

Les infections invasives à méningocoque sont des maladies rares en France (environ 700 cas par an). La méningite est la forme la plus fréquente. Elle se traduit par une fièvre, des maux de tête, une raideur de nuque accompagnée souvent de vomissements et d’une gêne à la lumière. La fièvre ou une modification du comportement peuvent être les seuls signes chez le nourrisson. Devant ces signes, il faut consulter rapidement un médecin.

Parmi le cas en Franche-Comté, en juin 2008, une enfant était décédée à Roulans (Doubs). En octobre 2008, une petite fille de 6 ans avait succombé à une méningite foudroyante également en Haute-Saône à Noidans-les-Vesoul.

Le Professeur Gérard Thiriez, chef du service réanimation pédiatrique au CHU de Besançon sera l'invité du 19/20.

 

C'est quoi le méningocoque ?

Le méningocoque est un germe qui se transmet de personne à personne par les gouttelettes de salive. Le risque de transmission entre la personne infectée et une autre personne est faible.

Ce germe est très fragile et ne survit pas dans l’atmosphère. Il n’y a donc pas lieu de prendre des mesures particulières de désinfection ou de fermeture des locaux, et le traitement antibiotique préventif doit être réservé aux sujets ayant été en contact étroit, rapproché et prolongé avec la personne infectée, dans les 10 jours ayant précédé l'apparition des signes cliniques.

les + lus