publicité

Le Front National voudrait renationaliser la branche énergie d'Alstom

Après les annonces de suppression d'emplois par General Electric, Florian Philippot et Sophie Montel, patrons des groupes FN des deux conseils régionaux de l'Est souhaitent que soit "renationalisée la branche énergie d'Alstom". 

  • Sophie Courageot avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
Alstom Transport emploie 590 salariés à Belfort © maxppp

© maxppp Alstom Transport emploie 590 salariés à Belfort

"Deux mois après avoir bouclé l'acquisition des activités d'Alstom dans l'énergie, General Electric a annoncé qu'il allait supprimer 765 postes en France, et ce alors même que le gouvernement avait vendu le dépeçage d'Alstom aux Français en brandissant une promesse de création nette de 1000 emplois" critiquent Florian Philippot, président du groupe FN en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, et Sophie  Montel, présidente du groupe FN en Bourgogne-Franche-Comté.


Le Front national avait alerté, il n'a pas été écouté, et il avait encore une fois raison. En attendant, ce sont 765 hommes et femmes qui souffriront de la trahison du gouvernement. Alstom est un fleuron de notre industrie, et la branche énergie qui a été cédée aux Américains revêtait une importance toute particulière pour les intérêts français"

garantissent-ils.

"Pour préserver les intérêts industriels de notre pays, la France doit donc faire acte de souveraineté et renationaliser la branche énergie d'Alstom. Ce n'est qu'avec un État fort et stratège que les Français pourront être protégés de la mondialisation financière qui conduit à ce qu'aujourd'hui, un groupe étranger puisse saborder notre outil industriel pour les seuls intérêts de ses actionnaires d'outre-Atlantique", concluent Florian Philippot et Sophie Montel, une eurodéputée proche du vice-président du Front national.

Le conglomérat américain General Electric (GE) a annoncé mercredi qu'il allait supprimer 6.500 emplois en Europe dans les activités énergie du français Alstom rachetées en novembre 2015.

Concernant la France, la restructuration devrait concerner 765 personnes sur un peu moins de 9.000 d'Alstom. Selon le porte-parole, le groupe américain maintient son engagement de créer au final 1.000 emplois nets. Le site de Belfort sera épargné par les suppressions de poste, a annoncé GE. 

les + lus