13-novembre. L'hommage à Claire et Quentin, Champenois emportés par l'attentat du Bataclan

Originaires de Champagne, Claire Tapprest-Maitrot et Quentin Boulenger partageaient aussi une passion pour le rock alternatif. Présents au concert des Eagles of Death Metal au Bataclan ce 13 novembre 2015, ils n'ont malheureusement pas survécu à la fusillade. / © Famille de Claire Tapprest Maitrot/Famille de Quentin Boulenger
Originaires de Champagne, Claire Tapprest-Maitrot et Quentin Boulenger partageaient aussi une passion pour le rock alternatif. Présents au concert des Eagles of Death Metal au Bataclan ce 13 novembre 2015, ils n'ont malheureusement pas survécu à la fusillade. / © Famille de Claire Tapprest Maitrot/Famille de Quentin Boulenger

Deux ans après les attentats du 13-novembre 2015 à Paris, Emmanuel Macron et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont recueillis au Bataclan, devant la stèle où figurent le nom des 90 tués dans la salle de spectacle. Parmi ces noms figurent ceux de Claire et Quentin, deux Champenois.

Par V.P. avec Sofian Aissaoui

Ce 13 novembre 2017, le président de la République s'avance, accompagné de la maire de Paris Anne Hidalgo, devant la stèle blanche posée devant le Bataclan. Il y a deux ans jour pour jour, 90 personnes étaient tuées dans cette mytique salle de spectacle du 11e arrondissement de Paris.

Parmi les noms gravés dans la pierre et énoncés lors de l'hommage officiel, les noms de Claire et Quentin résonnent. Ces deux jeunes, originaires de Champagne-Ardenne, partageaient aussi une passion pour le rock alternatif, qui les ont conduits au concert des Eagles of Death Metal le 13 novembre 2015. Ils n'en sont malheureusement pas sortis vivants.


 

Des vies envolées

Le groupe était le préféré de Claire Tapprest-Maitrot, 23 ans. Cette Auboise, originaire de la Chapelle-Saint-Luc, près de Troyes, verra prochainement une rue de son village porter son nom. Présent lui aussi au concert, Quentin Boulenger, originaire de Reims, vivait à Paris depuis quelques années. Marié, il a perdu la vie à seulement 29 ans.

Le 13 novembre 2015, les terroristes ont pris pour cible six lieux dans la capitale. Après le Stade de France - où le Rémois Manuel Dias a été mortellement blessé - des bars et des restaurants des 10e et 11e arrondissement, et le Bataclan. La journée d'hommage, deux ans plus tard, a suivi ce parcours. Puis, devant la salle de concert, 130 ballons colorés ont été lâchés dans les airs. Autant que les vies envolées lors de cette funeste soirée.

A lire aussi

Sur le même sujet

Jeremstar débarque à Reims

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne