Vie étudiante : les corporations, une tradition vivante à Bâle

Les corporations étudiantes, nées au 19e siècle, sont actuellement une vingtaine à Bâle. Aujourd’hui encore, de jeunes étudiants font le choix de s’engager dans ces associations, le temps de leurs études… Et au-delà.

Par Yvonne Roehrig

Peter Epple est étudiant en master de droit. Ce jeune homme qui, quand il ne fréquente pas la fac, est à la tête de la Helvetia Basel, l’une des corporations présentes sur le campus bâlois. « Mon grand père était membre de la Helvetia », raconte le jeune homme. « Quand j’ai commencé mes études, j’ai moi aussi voulu m’investir dans cette corporation, pour poursuivre la tradition familiale. »

Helvetia n’est pas mixte, elle est uniquement réservée aux hommes, mais à Bâle, il existe aussi des corporations mixtes. Leurs membres se réunissent une fois par semaine, dans un restaurant en général, et, pour les grandes occasions, dans leur local, une cave en général, aménagée en petit bistrot convivial. Lors de ces rencontres, tous portent le signe distinctif de leur corporation, la faluche – une casquette rouge carmin pour Helvetia.
Helvetia, une corporation étudiante de Bâle.

Rituels et traditions

Peter Epple, le président, veille au bon déroulement de la soirée. Le rituel est codifié, et tous le respectent, même s’il peut paraitre désuet parfois. « Nos prédécesseurs ont rédigé ce que nous appelons le Comment, un code qui règlemente nos soirées – et qui permet aussi d’éviter qu’elles ne dégénèrent. » Peter est le garant du respect de ce Comment : « Nous sommes une structure hiérarchisée, avec le président, les « anciens », et les jeunes, appelés renards. » 
 / ©
/ ©
Une tradition que Helvetia perpétue à travers les décennies : les évolutions du monde universitaire après 1968 n’ont pas signifié la fin des corporations et de leurs traditions. Ainsi, Peter Epple et ses camarades pratiquent toujours l’escrime, le sport étudiant par excellence dans les pays germanophones. Et parfois, pour les grandes occasions, les membres de Helvetia revêtent leur tenue d’apparat : par exemple, en novembre, lors du Dies Academicus, la célébration de l’anniversaire de l’université par les enseignants, les étudiants, et la ville.

Patrie, amitié, progrès

Marcus Buess est étudiant en paléontologie. Il a revêtu pour nous cette tenue : pantalon de cavalier blanc et bottes de cuir, gants, redingote et casquette carmin, l’épée au côté : « C’est une tenue qui nous vient du 19e siècle, on y voit l’influence du romantisme. Nous ne la portons pas souvent, mais elle symbolise notre appartenance à cette corporation, et notre adhésion à ses valeurs : la patrie, l’amitié, et le progrès. »
Une quinzaine d’étudiants et quelques 70 anciens, voici Helvetia aujourd’hui. Les Anciens jouent un rôle important dans la vie de l’association, ils conseillent et épaulent les jeunes. « C’est important pour nous de rester en contact avec la jeunesse, et de partager notre expérience avec elle ! », explique Jürg Bossardt, qui participe à la vie de Helvetia depuis 49 ans. « Nous sommes aussi là pour les guider, pour les secouer quand ils ne travaillent pas, un peu comme de bons pères de famille ! »

Un formidable réseau

La corporation veut promouvoir des valeurs communes : la camaraderie, l’entraide, l’ouverture ou la responsabilité et le débat démocratique. Elle constitue aussi, pour ses jeunes membres, un formidable réseau : il y aura toujours quelque part un membre de l’Helvetia pour accompagner un projet ou une carrière.

Sur le même sujet

Le salon du modélisme de Sedan

Près de chez vous

Les + Lus