“Nous n'irons plus à Paris” : l'appel à la fronde de Jean Vogel contre l'AMF

A l'entrée de la ville de Saales, en 2016. / © Document fourni
A l'entrée de la ville de Saales, en 2016. / © Document fourni

Jean Vogel, le maire de Saales, commune de moyenne montagne située dans le Bas-Rhin avait déjà fait parler de lui. Il dénonce encore et toujours le manque de moyens alloués aux communes rurales. Et souhaite donc boycotter le 100e congrès de l'association des maires de France (AMF).

Par Anne-Laure Herbet

C'est le cheval de bataille de Jean Vogel, maire de la petite commune de Saales, qui se bat depuis plus de vingt ans maintenant pour que les moyens nécessaires à la survie des villages ruraux. En 2016, il avait déjà alerté l'opinion publique sur les finances en berne de sa commune.

Il récidive et annonce dans un communiqué qu'il n'ira pas au 100e congrès à Paris de l'association des maires de France prévu les 21, 22 et 23 novembre 2017, car selon lui, l'association ne se préoccupe pas suffisamment des petites communes rurales.

"Absolument rien ne bouge, enrage le maire de Saales. L'an dernier, j'étais allé au congrès des maires de France à Paris, il y avait même une après-midi consacrée à la ruralité et, à ma grande surprise, François Baroin, le président de l'association n'est pas venu. Pourtant une grande majorité des communes françaises sont des communes rurales. Il faut savoir qu'en dotation, un habitant de Saales reçoit deux fois moins qu'un habitant de Strasbourg. Ce qui se justifiait il y a un demi siècle ne se justifie plus aujourd'hui." Jean Vogel confirme donc qu'il ne se rendra pas au congrès des maires de France et espère convaincre d'autres maires de se joindre à lui.
                                                                                       

Le communiqué de presse

"L'Association des Maires de France s'apprête à tenir son 100e congrès à Paris.

De plus en plus de petits maires ne se reconnaissent plus dans cette association (absence de F. Baroin aux débats sur la ruralité en 2016, enterrement de la réforme de la DGF, refus de  reconnaitre les inégalités existantes entre communes, absence d'implication forte sur le sujet des injustices de l'imposition du foncier bâti,...).

A l'heure où, à juste titre, nos concitoyens réclament un renouvellement de la vie politique, il est important que l'AMF se réforme à son tour.

C'est pourquoi, je lance le mouvement

"Nous n'irons plus à Paris"

Demandant à tous mes collègues maires de boycotter les congrès de l'AMF afin d'obliger l'association à redevenir l'association de tous les communes de France."

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Jeremstar débarque à Reims

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne