Arts de rue : la rémunération au chapeau, une tradition pour vivre

© France 3 Champagne-Ardenne / C.Lang
© France 3 Champagne-Ardenne / C.Lang

Nombreuses sont les compagnies qui viennent présenter leur spectacle dans les rues de Charleville. Elles font partie du OFF, ou du OFF du OFF et comptent sur la générosité des spectateurs pour rentrer dans leurs frais, et éventuellement, être rémunérées pour leur travail.

Par Céline Lang

Parfois, il y a un petit écriteau, posé nonchalamment sur un castelet. Parfois, la piècette est demandée de vive voix. Parfois, une marionnette muette vous tend un chapeau, une corbeille... Une cage, pourquoi pas ? 

Dans tous les cas, la rémunération au chapeau est vitale pour les artistes de rue qui viennent poser leurs créations sur les pavés souvent mouillés de Charleville-Mézières. C'est même précisé dans les programmes distribués aux visiteurs "Ces compagnies jouent au chapeau, merci d'y prêter attention".
© France 3 Champagne-Ardenne / C.Lang
© France 3 Champagne-Ardenne / C.Lang

Car certaines d'entre elles viennent de loin. Il y a les frais de voyage, les frais d'hébergement, de nourriture. Et puis il faut rémunérer le temps de création, de fabrication des marionnettes, des castelets et autres décors. Bref, si les artistes ont parfois la réputation de vivre d'amour (de l'art) et d'eau fraîche, et bien, non, sachez Messieurs-Dames, que ce n'est point vrai. 

La compagnie franco-aregentine Alas Negras ("Les Ailes Noires") par exemple, présente rue du Petit Bois un spectacle pour spectateur unique dans lequel ledit spectateur est invité à jeter un coup d'oeil de quelques minutes dans le ventre de Gisèle.  
© France 3 Champagne-Ardenne / C.Lang
© France 3 Champagne-Ardenne / C.Lang
Pour l'une des créatrices de ce spectacle, "l'Amour en cage", Elsa Gire Péchayre, la rémunération au chapeau est essentielle, surtout pour les artistes de rue qui n'ont pas la chance d'avoir le statut d'intermittent du spectacle.
La rémunération au chapeau, vitale pour certaines compagnies de marionnettistes
Les spectateurs alpagués, eux, trouvent cela parfaitement normal de rémunérer ces artistes. 
La rémunération au chapeau, une tradition pendant le festival des marionnettes ?
Si donc cette athmosphère féérique, portée par les dizaines de compagnies présentes chaque jour dans les rues, les places, les porches de Charleville-Mézières vous enchante, si donc, vous souhaitez faire vivre cet art spontané et surprenant où le lien entre l'artiste et le passant est plus fort que jamais, et bien préparez un peu de monnaie, et "à vos applaudissements, M'sieurs Dames !" 

Sur le même sujet

Raphaël Nisand, professeur de gynécologie et d'obstétrique

Près de chez vous

Les + Lus