À la rencontre de Georges, cocher et charretier dans les Ardennes

© Alexis Dumoulin
© Alexis Dumoulin

"Un été dans le Grand Est" vous emmène à la rencontre de Georges Villeval, cocher et charretier à Charleville-Mézières (Ardennes). Si ces deux métiers sont en voie de disparition, ils présentent tout de même quelques intérêts à l'époque du tout motorisé.

Par D.C. avec Sandra Julien

Ils sont à la fois ses collègues, ses petits et ses protégés. Ses trois chevaux ardennais, Georges Villeval ne les échangerait pour rien au monde. Il y a huit ans, ce Carolomacérien a décidé de changer de vie en devenant cocher. Et comme si cette reconversion n'était pas assez incongrue, il a en même temps embrassé la profession de... charretier !

Georges Villeval l'assure : sa nouvelle vie le "rend heureux". Il faut dire qu'en tant que cocher, plus qu'une promenade "de remparts en remparts", "de Charleville à Mézières", c'est un voyage dans le temps qu'il propose à ses clients, à bord de sa voiture hippomobile.

Quant à son métier de charretier, s'il reste en voie de disparition, il continue de présenter certains intérêts à l'heure du tout motorisé. Georges Villeval profite par exemple d'un partenariat avec Ardennes Patrimoine Insertion, ce qui lui permet d'entretenir les abords de la Voie verte de façon moins polluante.


Un été dans l'Est avec un cochetier charretier des Ardennes

 

Sur le même sujet

A Châlons-en-Champagne, une formation unique pour se former aux datacenter

Près de chez vous

Les + Lus