Une page se tourne dans l'agglomération strasbourgeoise. ​

Les trois premières circonscriptions du Bas-Rhin confirment la tendance de la semaine dernière : Thierry Michels, Sylvain Waserman et Bruno Studer accèdent tous les trois à l'Assemblée nationale.
La République en marche confirme sa performance et s'impose comme la principale force politique dans la capitale alsacienne.

Un séisme politique qui vient clore des mois de campagne inédits.
Contrairement à d'autres circonscriptions alsaciennes, l'ancrage local n'aura pas suffit à freiner la vague du renouvellement à Strasbourg. 
Les trois candidats de la majorité présidentielle ont balayé le Parti socialiste et Les Républicains. 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.



Eric Elkouby évincé par Thierry Michels 


Rien n'y a fait. L'Alsace n'enverra plus de socialistes à l'Assemblée. 
La première circonscription, qui regroupe les quartiers centre et ouest de Strasbourg, n'a pas réélu son député sortant. 


Malgré une belle remontée dans l'entre-deux-tours, Eric Elkouby perd son siège avec 40,05% des suffrages. 4 416 voix séparent les deux hommes. Un mandat de courte durée, élu l'année dernière au terme de législatives partielles. Le député sortant de 43 ans avait succédé à Armand Jung après sa démission pour des raisons de santé. Une victoire marquée, à l'époque, par la très faible mobilisation des électeurs (22,28%).
Un deuxième tour une nouvelle fois peu mobilisateur : seuls 40,28% des électeurs se sont rendus aux urnes ce dimanche 18 juin. Une participation en baisse par rapport au premier tour. 

Eric Elkouby quitte donc prématurement le Palais-Bourbon malgré une stratégie de proximité affichée avec la majorité présidentielle
 

Réaction - Eric Elkouby




Thierry Michels remporte la circonscription détenue par le Parti socialiste depuis 1997 avec 59,95% des voix. 

Ce cadre pharmaceutique de 56 ans a bénéficié de la dynamique de la nouvelle majorité. Emmanuel Macron est arrivé en tête dans ce secteur au premier tour de la présidentielle, totalisant 28,64% des suffrages. 

L'aboutissement, aussi, d'une longue campagne de terrain. Thierry Michels a créé le comité d'En marche! Strasbourg Cathédrale en novembre 2016. 
Ce novice en politique réussit l'exploit d'évincer un personnage implanté sur son territoire depuis des années.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.



Sylvain Waserman succède à Philippe Bies 


Pas de miracle non plus pour Philippe Bies dans la deuxième circonscription du Bas-Rhin malgré une importante remontée entre les deux tours.
Le député sortant a réduit l'écart mais 4 224 voix séparent les deux candidats. 


Le député sortant ne comptait que 12,79% des suffrages exprimés dimanche dernier. Une défaite pour cet élu, anciennement adjoint au maire en charge du quartier du Neudorf, très ancré localement. 
Les électeurs de ce secteur se sont relativement peu mobilisés : 39,11% se sont rendus aux urnes ce dimanche. 

Réaction Philippe Bies

Sylvain Waserman l'emporte avec 58,53% des voix.
Le maire de Quatzenheim rejoint le Palais-Bourbon et reprend la circonscription gagnée par le Parti socialiste en 2012.
Philippe Bies avait alors battu Jean-Philippe Maurer (UMP), éliminé dès le premier tour dimanche dernier. La droite détenait le secteur depuis 1986. Seul Jean Oehler, père du candidat malheureux de la troisième circonscription, était parvenu à porter les couleurs du Parti socialiste dans le secteur de 1981 à 1986. 


Sylvain Waserman a su surfer sur la vague En marche! 
Cet élu MoDem, aux côtés d'Alain Juppé à la primaire de la droite, n'incarne pas totalement la vague du renouveau puisqu'il occupe déjà des fonctions de maire et de conseiller régional.
Même chose pour sa suppléante. Christel Kohler, marcheuse de la première heure, est adjointe au maire de Strasbourg. 

Ce secteur, urbain et très hétérogène, a placé Emmanuel Macron en tête le 23 avril dernier (26,54%). Avec la victoire de Sylvain Waserman, il réitère ce soir la confiance accordée à la nouvelle majorité présidentielle. 

Réaction - Sylvain Waserman


Bruno Studer devance Georges Schuler 


Les électeurs de la troisième circonscription n'ont pas fait exception. 



Bruno Studer se voit confier la députation, prenant la succession d'André Schneider. Le député sortant Les Républicains siégeait à l'Assemblée nationale depuis 1997. Changement de cap ce soir pour la circonscription traditionnellement acquise à la droite. 

Bruno Studer remporte 59,77% des suffrages face à l'ancien suppléant du député sortant, Georges Schuler. Soit 4 689 voix d'écart. 

Ce professeur d'Histoire-géographie de Cronenbourg briguait son tout premier mandat politique. Les mois de campagne passés sur le terrain ont profité au leader local d'En marche! 
Une victoire d'autant plus symbolique pour le candidat qui fêtait ses 40 ans ce dimanche. 

Réaction - Bruno Studer



Pas d'exception non plus pour la mobilisation. Seuls 38,35% des électeurs se sont prononcés au deuxième tour. 

Le poulain d'André Schneider et maire de Reichstett impute en partie sa défaite à l'absention et au "phénomène de mode autour d'une nouvelle marque politique". 


Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.




Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.

 

Carton plein pour La République en marche à Strasbourg



Retour sur les résultats du 1er tour 

Retrouvez les résultats dans les trois premières circonscriptions du Bas-Rhin en 2012 !

Tous les résultats près de chez vous :

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.