Partir en bus low cost depuis Strasbourg

160 bus transitent chaque jour par la place de l'Etoile à Strasbourg. C'est le point de départ et d'arrivée de nombreuses compagnies low costs qui permettent de rejoindre plusieurs villles de France et d'Europe. Ces autocars ont leurs habitués et attirent aussi une nouvelle clientèle.

Par PhD

Le prix du billet, c'est l'argument choc de ces compagnies d'autocars. Depuis qu'elles existent, les habitudes changent. Une étudiante taiwanaise rencontrée place de l'Etoile nous explique qu'elle étudie à Nancy et qu'elle a rapidement découvert les avantages de ces bus. Ils seraient faciles à utiliser et "coûtent beaucoup moins chers", affirme la jeune femme, qui paye 9 euros seulement son trajet au lieu de 26 en train. Pour ce monsieur qui attend sur un banc l'arrivée de son bus pour Paris, les comptes étaient vite faits : "Ce bus, c'était 20 euros, alors que le TGV, au minimum 90 à 100 euros", explique t-il.
Partir en bus low cost depuis Strasbourg
160 autocars transitent cahque jour par la gare routière de la place de l'Etoile à Strasbourg. C'est le point de départ et d'arrivée de nombreuses compagnies low costs qui permettent de rejoindre plusieurs villles de France et d'Europe. Ces autocars ont leurs habitués et attirent aussi une nouvelle clientèle. -  S. Malal, J. Gosset


Ces passagers délaissent le TGV car ils le trouvent trop cher, pourtant la SNCF n'est pas perdante dans l'histoire car la compagnie de bus utilisée par le passager pour Paris est une de ses filiales. Mais le leader du marché, c'est l' Allemand Flixbus avec 30 millions de passagers transportés dans toute l'Europe en 2016. Pour l'été, l'entreprise a même décidé d'embaucher des agents d'accueil afin de faire face à l'afflux de voyageurs à Strasbourg. Thomas Schaal, agent d'accueil Flixbus nous explique que sa société, bien implantée à présent en France, a fait de Strasbourg un "Hub" car, on le devine, la ville "est un point de passage important entre France et Allemagne".

Mais pour choisir le bus, il ne faut pas être pressé. Il faut par exemple compter plus de 7h de trajet jusqu'à Paris. "Pas aussi rapide que le TGV, nous dit cette habituée, mais une belle façon de voyager aussi". Quand aux bus, les compagnies se livrent une concurrence féroce sur ce marché du low cost. A force de prix plancher, pour l'instant, l'autocar Macron, du nom de celui qui a été à l'origine de cette loi de libéralisation alors qu'il était ministre de l'économie en 2015, n'est rentable pour aucun opérateur....

Sur le même sujet

Châlons-en-Champagne. À la rencontre des pupilles de la Nation

Près de chez vous

Les + Lus