Strasbourg : ce qu'il faut savoir pour reprendre bus et trams, à partir du 11 mai

Reprendre tram et bus sera possible à partir du lundi 11 mai, dans l'Eurométropole de Strasbourg, avec des conditions particulières. De nouvelles règles d'utilisation du réseau ont été définies et les horaires de certaines lignes modifiés.

Bus et tram strasbourgeois équipés pour recevoir le public dès le déconfinement
Bus et tram strasbourgeois équipés pour recevoir le public dès le déconfinement © Jérôme Dorkel-CTS
Protéger au maximum les usagers et limiter la transmission du virus, c'est l'objectif des nouvelles mesures mises en place à partir de lundi 11 mai, sur le réseau tram et bus de l'Eurométropole de Strasbourg. Car le  nombre de passagers va doubler. "De 30 à 35% de circulation pendant le confinement, on va passer à 70%, pour la première semaine de déconfinement, puis à 80%" estime Alain Fontanel, président de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) et premier adjoint (LREM) au maire de Strasbourg. 

Pour offrir les meilleures conditions aux passagers, bus et trams ont donc été préparés spécialement, par des agents de la CTS. Des stickers collés au sol signalent aux passagers les emplacements où ils peuvent se tenir dans le même espace, mais à une distance raisonnable d'un mètre. D'autres stickers sur les dossiers condamnent l'accès d'un siège sur deux. Le transport des vélos à l'arrière du tram sera interdit dans les trams, pendant le temps de la crise sanitaire et il n'y aura pas de vente de tickets à bord des bus. Bus et trams strasbourgeois ont été spécialement équipés d'autocollants rappelant la distanciation et les mesures de sécurité sanitaire. Les rames et bus seront nettoyées et désinfectées deux fois par jour, ainsi que les stations. 
Les marquages au  sol indiquent les distances de sécurité sanitaire à respecter
Les marquages au sol indiquent les distances de sécurité sanitaire à respecter © Jérôme Dorkel / Compagnie des transports strasbourgeois


Port du masque obligatoire, à partir de 11 ans

Parmi les nouveautés, à partir du 11 mai, dans les transports en commun de l’Eurométropole de Strasbourg, le port du masque devient obligatoire. Il fera désormais partie des habitudes à prendre, si l'on veut monter dans un bus ou un tram de l'Eurométropole. Tous les passagers, à partir de l'âge de 11 ans, devront avoir leur masque, pour monter à bord d'un bus ou d'un tramway. La mesure est la même que celle qui vaut sur tout le territoire français. Le passager doit arriver équipé de son masque personnel. Des annonces vocales et répétées sont prévues sur les quais des stations et à l'intérieur des véhicules pour rappeler l'obligation de cette mesure sanitaire. 

Dès lundi le 11 mai, des équipes d’accompagnement et de contrôle seront présentes sur le terrain, dans les stations, le tram et les bus. En tout, une quarantaine de personnes pour sensibiliser, expliquer et rappeler les nouvelles règles à appliquer. Pédagogie et explication pour commencer, mais des sanctions sont prévues en cas d'infraction. A défaut de respect des règles, le passager pourra être verbalisé et obligé de quitter le bus ou le tram. Les contraventions seront dressées par un contrôleur à l'intérieur du véhicule  ou par un policier, sur les quais. L'amende prévue s'élève à 135 euros. 

A compter de ce lundi 11 mai, le port du masque sera obligatoire sur l’ensemble du réseau CTS à partir de l’âge de 11 ans.​​​​​​​ 
Sièges et couloirs avant le déconfinement
Sièges et couloirs avant le déconfinement © CTS

"Le vrai défi pour la semaine" explique Alain Fontanel, "c'est de réduire la jauge de passagers, car nous n'aurons qu'un quart des places disponibles, par rapport à d'habitude. Nous appelons donc les citoyens à se restreindre dans l'utilisation de ces moyens de transport, surtout aux heures de pointe entre 7heures et 8 heures et le soir entre 17h et 18 heures."
​​​​
Un siège sur deux sera disponible par rapport à avant le covid19
Un siège sur deux sera disponible par rapport à avant le covid19 © Jérôme Dorkel / CTS


Lisser les horaires de prise de service des employés, et décaler un peu les débuts de cours des lycéens

La fréquentation des transports en commun strasbourgeois s'élevaient à 160.000 personnes par jour avant l'épidémie. Depuis le confinement, elle est tombée à 25.000 personnes par jour. Avec le déconfinement, elle va quasi doubler, mais "le nombre de 50.000 passagers/ jour sera le maximum gérable pour la compagnie" prévient Alain Fontanel, soit moins du tiers du nombre habituel de passagers. Un défi logistique donc pour la société de transports strasbourgeois, mais aussi une remise en cause de son modèle économique. Car son objectif jusque-là était de transporter le plus de monde possible. Désormais, elle doit passe au mode qui consiste à transporter "le moins de monde possible". Un comble pour la CTS, qui vit grâce à l'achat des tickets de transports et des abonnements des passagers, de devoir appeler les citoyens à moins utiliser ses services. La perte financière est déjà conséquente: "En deux mois, nous avons perdu plus de vingt-cinq millions d'euros, entre les recettes voyageurs et les versements de mobilité payés par les entreprises."
 

"Nous avons écrit à tous les grands employeurs, qui ont des abonnements de transports en commun pour leurs salariés, pour les exhorter à lisser les horaires de prises de services, de sorte que tous les salariés ne se prennent pas tous  en même temps dans nos bus et trams." Alain Fontanel, président de la CTS.


Les reponsables de lycées ont, quant à eux, été invités à décaler d'une vingtaine de minutes par exemple, le début des cours, ce qui désengorgerait considérablement les rames et bus au heures de pointes. Le nombre de passagers des deux heures de pointe quotidienne (7h-8h et 17h-18h) représente en effet 25 % de la fréquentation d'une journée. 

​​​

Des services et horaires modifiés 

A partir de lundi, certains services de bus seront assurés entre 5h00 et 22h00, d'autres entre 6h00 et 20h00. Les services spéciaux scolaires Al&Rtour ne circuleront que lorsque les établissements scolaires seront déconfinés. Les lignes de bus 15 et 29 ne circuleront pas, les lignes Hibus N1, N2 et N3 ne circuleront pas. Le détail de toutes les lignes et tous les horaires est à retrouver sur le site de la CTS. La Navette Robertsau circulera normalement, sur la base des horaires de semaine consultables au point d’arrêt et sur la fiche horaire. Les services de transport en commun sur réservation Flex’hop 42, 42, 44, circuleront sur la base des horaires de semaine consultables au point d’arrêt et sur la fiche horaire. Les services de transport en commun sur réservation Flex’hop 72 et 77 circuleront normalement.


Quel sera le mode de locomotion idéal à partir du lundi le 11 mai? 

Ces nouvelles mesures imposées par l'épidémie de covid19 soulèvent l'épineuse question du remplacement des transports en commun par des transports individuels, potentiellement polluants, ou pas. Si les citoyens ressortent massivement leur voiture pour éviter les transports en commun, la ville et son atmosphère n'y auront rien gagné, au contraire. "On passerait d'un risque sanitaire à un risque de pollution" s'inquiète le président de la CTS, également adjoint au maire. Mais Strasbourg est la troisième ville cyclables d'Europe. Ses habitants utilisent déjà beaucoup le vélo pour leurs déplacements professionnels, et des aménagements pour améliorer les pistes et voies cyclables sont en cours. Reste le co-voiturage et bien sûr la marche à pied 

Ces dispositifs et nouvelles mesures de sécurité dans les transports en commun de l'Eurométropole resteront en application, jusqu’à nouvel ordre. "C'est un choc structurel qui doit nous amener repenser les mobilités et l’organisation du travail, la possibilité d'un maintien partiel de télétravail notamment" estime Alain Fontanel. Bref, l'épidémie du covid19 nous pousse à vivre la ville autrement. L'esprit citoyen de chacun sera sans aucun doute essentiel, dans ce changement imposé. 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement transports en commun économie transports coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter