Strasbourg : à peine ouverte, la clinique Rhéna doit payer 16 millions d’euros

Strasbourg : à peine ouverte, la clinique Rhéna doit payer 16 millions d’euros
Intervenants : Guillaume Lohr, Directeur de Rhéna // Alexandre Feltz, adjoint (PS) au maire de Strasbourg en charge de la Santé - Cécile Poure / Yves Ledig

Ce lundi, la clinique Rhéna accueillait ses premiers patients à Strasbourg. Dans le même temps, le conseil municipal votait la fin des aides pour cet établissement privé que la ville considère avoir trop aidé. Résultat : 16 millions imprévus à débourser.

Par PS

Alors que les premiers patients étaient accueillis dans la nouvelle clinique Rhéna au port du Rhin, l’établissement vivait son premier camouflet.

Contrairement à ce qui avait été entendu avec la ville en 2014, la clinique devra acheter (et non plus louer) d'ici deux ans le terrain sur laquelle elle est construite.

Polémique

Trois hectares et demi, au prix du foncier : 16 millions d'euros à débourser presque à l'improviste.

« Ce n’est pas une difficulté insurmontable, tempère Guillaume Lohr, directeur de la clinique Rhéna, on a déjà des partenaires bancaires qui nous ont fait confiance en 2014, qui aujourd’hui en 2017 sont plutôt satisfaits de voir que nous avons tenu les promesses que nous avions faites. »

Il y a quelques semaines encore, Rhéna ne devait être que simple locataire de l'Eurométropole. D'un bail longue durée à un prix imbattable.

Aides publiques

Mais bon nombre d’élus municipaux ont considéré que l'établissement avait assez bénéficié d'aides publiques : 23 millions de subventions de l'Etat. Et qu'à trop privilégier Rhéna, la ville courait le risque d'une distorsion de concurrence dans le secteur privé et public.

« Cette clinique privée a été trop aidée par l’argent public et ça risquait de déséquilibrer l’offre de soin, notamment l’offre de soins sans dépassements d’honoraire, à tarif conventionnel. C’est très important qu’on garde cet équilibre-là », explique Alexandre Feltz, adjoint au maire de Strasbourg en charge de la santé.

Rhéna 2

Le conseil municipal a donc longuement discuté du cas Rhéna en séance ce lundi. Avec déjà sur toutes les lèvres Rhéna  2 : une extension de 8000 m² destinée à accueillir en 2019  le pôle cardiologie de l'Orangerie. Et qui pourrait faire, cette fois, ombrage aux hôpitaux de Strasbourg.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

Strasbourg : à peine ouverte, la clinique Rhéna doit payer 16 millions d’euros

Près de chez vous

Les + Lus