Le “changement de couleur politique” a du bon pour les nouveaux candidats de La République En Marche

La « reconversion » de nombreux candidats La République En Marche, issus des partis « historiques » MoDem, PS ou DVD a plutôt porté ses fruits, avec des scores forts pour cette nouvelle formation politique présidentielle.

Par CL / LG / JCDR / DL / AP pour France 3 Grand Est

Dans l’AUBE

#Circo1002

Dans la deuxième circonscription de l’Aube, Djamila Haddad, ex-PS investie par LREM, tire son épingle du jeu et arrive en tête (30,42%) de ce 1er tour devant Valérie Bazin-Malgras (LR) (24,19%). Le duel est en route. Un résultat qui suit la logique nationale puisque les Français ont porté le parti d’Emmanuel Macron en tête de ce 1er tour avec, selon les projections, 390 à 430 sièges.
Djamila Haddad est l’ancienne vice-présidente du conseil régional de l’ex Champagne-Ardenne avec Jean-Paul Bachy (PS). Militante socialiste, elle n’avait pas été réélue en 2015.

#Circo1003

Dans la troisième circonscription de l’Aube, la vague LREM au niveau national l’a aussi emporté puisque c’est le candidat LREM Pascal Landreat qui arrive ne tête de ce 1er tour (32,38%). Il fera face au candidat LR sortant Gérard Menuel, soutenu par l’UDI. Pascal Landréat, 53 ans, maire de Pont-Sainte-Marie et vice-président de Troyes Champagne Métropole, a été placé en tête de ce 1er tour de l’élection présidentielle. Il est le candidat de La République En Marche.
Mais ce n’est pas la première fois qu’il se présente à la députation. En 2012, c’était sous les couleurs du Modem face à Nicolas Dhuicq (LR). Il avait alors récolté 6,7% des voix. Il avait ensuite démissionné du Modem en 2015, déçu par la liste présentée par la droite et le centre aux élections régionales.
C’est donc aujourd’hui la preuve que ce sont clairement les couleurs d’En Marche qui le portent aujourd’hui en tête de ce 1er tour.

En Haute-Marne

#Circo5201

Dans la première circonscription de la Haute-Marne, c’est la candidate LREM Bérangère Abba (31,9%) qui se place en tête de ce premier tour. A 40 ans, elle est commerçante et conseillère municipale d’opposition à Chaumont. C’est donc un duel qui se dessine face au candidat LR, attaché parlementaire de Luc Chatel, Adrien Guéné (19,06%).

En Lorraine

#Circo5402

Sur la deuxième circonscription de Meurthe-et-Moselle, bien que présents au second tour dans un duel, Laurent Garcia (plutôt catalogué à droite mais ayant à la dernière minute obtenu l'investiture de La République en Marche) et Valérie Debord (LR, soutenue en 2012 par Garcia) vont une nouvelle fois déchirer l'électorat conservateur de cette circonscription.

#Circo5703

Richard Lioger a rendu sa carte du PS pour devenir macroniste assez tôt .
Lieu de tous les possibles, la 3e circonscription de la Moselle enregistre un fort potentiel de division des voix à droite comme à gauche. Qui de la conseillère municipale socialiste Nathalie De Oliviera ou du premier Adjoint de Metz, Richard Lioger ralliera le plus de suffrages. Ce dernier endosse le dossard d'En Marche après avoir rendu sa carte du PS tandis que la jeune femme est soutenue par le maire socialiste de Metz.

En Alsace

Une majorité de candidats alsaciens REM briguent pour la première fois un mandat politique. Certains, pourtant, n'en sont pas à leur coup d'essai... 

#Circo6704

Le renouvellement, meilleure arme des macronistes. C’est dans la 4è circonscription du Bas-Rhin que la majorité présidentielle réalise son meilleur score, avec 41,52% des suffrages. Martine Wonner s'engage pour la première fois en politique. Cette médecin psychiatre devrait logiquement battre la députée LR sortante Sophie Rohfrisch. 


#Circo6701

A Strasbourg 1, le député sortant a bien tenté d'utiliser l'étiquette majorité présidentielle, allant jusqu'à l'inscrire sur son matériel de campagne. Sans succès. Et suscitant la riposte du leader local En marche ! 
Eric Elkouby a obtenu un maigre 13,9%, loin derrière le candidat investi par REM Thierry Michels. Ce cadre pharmaceutique brigue un mandat pour la première fois. 

#Circo6702

A Strasbourg 2, Sylvain Waserman porte les couleurs de la REM et part largement favori au second tour. Mais avant de s'engager aux côtés d'Emmanuel Macron, le maire de Quatzenheim est militant MoDem. L'alliance avec LREM lui réussit. Philippe Bies, avec seulement 12,79%, a aussi frôlé l’élimination directe face à Sylvain Waserman
Sa suppléante ne fait pas figure d'inconnue non plus. Christel Kohler, membre de la majorité municipale à Strasbourg sans être encartée au PS, a rejoint En marche ! dès les débuts du mouvement. 

#Circo6703

Le leader local, Bruno Studer, a fait ses armes à l'UDI avant de s'investir pleinement dans l'aventure En marche ! Un investissement remarqué dans le Bas-Rhin où il devient le visage du mouvement. Avec 39,5% des suffrages, ce professeur de 39 ans devrait rejoindre les bancs de l'Assemblée prochainement et succéder au député sortant André Schneider (LR) dans la 3e circonscription du Bas-Rhin. 

#Circo6802

Dans le Haut-Rhin, Hubert Ott (REM) part favori du second tour face à Jacques Cattin (LR) dans la 2è circonscription. Et le candidat n'en est pas à son premier combat politique... Encarté au MoDem, il a notamment été candidat aux élections cantonales 2008 à Rouffach et aux élections régionales 2010


#Circo6806 

Bruno Fuchs, arrivé en tête dans la circonscription (32,36%), a également des origines politiques... paternelles. 
Le père du candidat a été député de la 2e circonscription du Haut-Rhin. Cette fois-ci, c'est lui qui créé l'exploit en évinçant d’entrée de jeu le sortant UDI Francis Hillmeyer dans la circonscription.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Le commissariat de Troyes ouvre ses portes

Près de chez vous

Les + Lus