Qui sommes-nous ?

Les lundis après le Soir 3 en Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne

Logo de l'émission Qui sommes-nous ?

L'écrivain à deux têtes

Aujourd’hui le double nom d’Erckmann-Chatrian n’évoque plus grand-chose à la plupart d’entre-nous. Ils ont  pourtant écrit une œuvre d’une très grande qualité, passionnante. 

Par Loïc Laubriat

L'écrivain à deux têtes


On compte plus de 240 titres comprenant romans, nouvelles, poésies, pièces de théâtre, livrets d’opéras, essais philosophiques ou politiques.

Un seul nom uni par un  trait d’union, mais deux hommes : Emile Erckmann et Alexandre Chatrian de quatre ans son cadet.
« Frères siamois », amis inséparables, ils vont former durant près de 40 ans un duo d’écrivains comme il en existe peu. Ensemble, ils vont traverser le 19ème siècle, connaître deux révolutions et cinq régimes politiques différents.

Profondément républicains, ils prônent la liberté, l’amour de la patrie, la tolérance religieuse, la fraternité et l’instruction comme clé du changement et de l’émancipation des petites gens.

« Une fois que le peuple connaîtra son histoire, on ne lui fera plus prendre des vessies pour des lanternes et des bonnets à poil pour des bonnets de liberté. »


 

Jules Ferry sera un inconditionnel de l’œuvre et commandera pour sa nouvelle école laïque leurs romans par milliers d’exemplaires.

Cet écrivain à deux têtes vit à Paris, mais son cœur bat au rythme de Phalsbourg, petite bourgade à la fois alsacienne, lorraine, et vosgienne, où cohabitent paisiblement catholiques, protestants et  juifs.

Aujourd’hui, celui qui sait encore se plonger dans leurs livres ressentira le souffle puissant de la justice, de la liberté et de l’émancipation qui traverse toute l’œuvre. L’œuvre d’Erckmann-Chatrian porte haut une certaine idée de la France, une France tolérante, ouverte, accueillante, où  tout le monde, quelle que soit sa religion ou son origine, a sa place. Une leçon d’échange, de respect et de tolérance que l’on aimerait voir renaître aujourd’hui. Il faut relire Erckmann-Chatrian !

 

Bande-annonce du documentaire : 

Bande-annonce : l'écrivain à deux têtes

 

Strasbourg : à peine ouverte, la clinique Rhéna doit payer 16 millions d’euros