Marne : un pompier volontaire a avoué être responsable d'une douzaine d'incendies

Feu de hangar agricole à Sainte-Ménehould : un des faits reconnus par le sapeur-pompier volontaire. / © Image fournie par le Groupement départemental de gendarmerie de la Marne
Feu de hangar agricole à Sainte-Ménehould : un des faits reconnus par le sapeur-pompier volontaire. / © Image fournie par le Groupement départemental de gendarmerie de la Marne

Un pompier volontaire de Ste-Ménéhould a reconnu, en début de semaine, une douzaine d’incendies volontaires dont 8 dans la Marne, commis lors du 1er semestre 2016, apprend-on dans un communiqué du groupement de gendarmerie départementale de la Marne. 

Par Céline Lang

Entre mars et juin 2016, une recrudescence d’incendies de bâtiments agricoles (5 faits) et de feux de végétation (2 faits) a été constatée sur le territoire de la communauté de brigades de Sainte Ménehould. L’enquête menée par les militaires de la de la communauté de brigade, assistés par ceux de la Cellule d’Appui Judiciaire de la Marne permet d’orienter les investigations sur un sapeur-pompier volontaire du centre de secours principal de la capitale argonnaise.

Placé en garde à vue les 10 et 11 juillet 2017, l’intéressé reconnaît 12 incendies dont 8 dans la Marne (hangars agricoles, feux de végétation et incendies de poubelles), 1 dans la Meuse (hangar agricole), et 3 dans l’Aisne (feux de végétation). Les faits commis auraient été commis entre 2013 et 2016, pour un préjudice total avoisinant les 300 000 € auxquels viennent s’ajouter un peu plus de 37 000 € d’interventions pompier.
Parmi les faits avoués par le pompier, ce feu de végétation à Sainte-Ménehould / © Image fournie par le Groupement départemental de gendarmerie de la Marne
Parmi les faits avoués par le pompier, ce feu de végétation à Sainte-Ménehould / © Image fournie par le Groupement départemental de gendarmerie de la Marne

L’intéressé a fait l’objet d’une convocation en justice pour l’audience du 02 août 2017 au tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne afin d'y répondre de ses actes. Dans l’attente du jugement, le pompier volontaire a été suspendu de ses fonctions par le service départemental d’incendie et de secours de la Marne.

La gendarmerie se félicite de "la parfaite collaboration et l’excellente communication entre les enquêteurs de la gendarmerie et le service départemental d’incendie et de secours de la Marne, avec lequel l’échange d’informations s’est fait en toute transparence" et qui a permis de "faire avancer efficacement l’enquête et ainsi mettre un terme à ces agissements".

Sur le même sujet

"Se tatouer n'est pas un geste anodin"

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne