La Foire aux Vins de Colmar commence à avoir de la bouteille. Et c'est un euphémisme. 
Cette année, elle fête sa 70e édition avec inlassablement la même recette, celle-là même qui a fait son succès : à boire, à boire et à voir.
Retour sur cette formidable saga alsacienne.

1948-1958 : Ah ! Le petit vin blanc .....

 

Qu’on boit sous les tonnelles …. Du Centre-ville.

Car messieurs-dames du 21e siècle, à l’origine, la Foire aux Vins, connue sous le pseudonyme affectif de FAV, ne ressemblait pas mais alors pas du tout à ce que nous connaissons aujourd’hui.

C'était disons un tantinet plus collet monté.
Plus mondain.




Il faut dire qu'en 1948, la France sort tout juste de la guerre. Elle a une sacrée gueule de bois.
Il lui faut un peu de légèreté. Beaucoup même.

Il faut aussi et surtout relancer le marché viticole alsacien coupé du reste de l’Hexagone par les années d’occupation.

Qu’à cela ne tienne : en 1948 … du vendredi 4 juin au lundi 7 juin très précisément …  est lancée la première  « Foire régionale des Vins d’Alsace ».
Sous l’impulsion de la municipalité colmarienne et de la Chambre de Commerce.


C’est parti

L’idée est toute simple et d’ailleurs, vous allez vite vous en apercevoir, elle n’évoluera pas des masses.
Dégustations de vins et spectacles folkloriques.


Lesdits spectacles n’étant là que pour servir de gentille musiquette de fond, histoire de distraire un brin les amateurs de vins.

Sur ces vidéos d'époque, pas de musique, désolée.
Mais on cerne bien l'idée.


Imaginez la scène : quelques tréteaux installés à l’arrière de l'ancien Hôpital (Place du 2 février), des baraques-loges.

Et hopla, on lève le coude en rythme.
Y a pas d'âge pour cela.



Plus tard, la foire déménage rue de la Montagne Verte.


Là c’est déjà plus sophistiqué.
De vraies guinguettes, de vrais stands, un vrai confort quoi.
La « Halle aux vins » est née.

1951 / FAV


Un joli succès populaire


Les premières éditions deviennent rapidement de véritables attractions touristiques.
Et animent le centre-ville de Colmar.

C’est le temps du petit vin blanc sous les tonnelles, des flonflons et des fleurettes.
Et de l’expansion.


Devant un tel succès, les organisateurs voient les choses en grand. En très grand.


Ils décident de faire durer le plaisir.
Pendant dix jours.

La foire se déroulera désormais en août, aux alentours du 15 et se verra complétée d’une exposition « de machinisme » place de l’Ancien Hôpital ainsi que d’une foire gastronomique dans la cour de l’école des Catherinettes.

1955 / FAV


Vin + bouffe + machines en tous genres + flonflons : la recette du succès.

La preuve s'il en est avec ces images de lever de coude, de knacks, de lever de coude, de knacks, de lever de coude.
Bref. Vous comprenez.
 

1954 / Fav

 


Johnny et Johnny

 

Cette organisation un peu « artisanale » durera dix ans.
Jusqu’à l’arrivée d’une nouvelle ère.

Celle de Johnny Stark et de Johnny Hallyday.
Celle des yéyés.
Yeah.


Johnny Stark starifie Colmar


En 1958 déboule dans notre histoire, comme un boulet de canon gominé, Johnny Stark.
Nommé programmateur de la Foire, il va lui donner un nouveau tournant. Musical. People.


L’homme a de la ressource : fils du colonel Stark un notable alsacien , impresario, il va mettre au pas bon nombre d’artistes.
Direction : la scène colmarienne.

L’homme a un réseau long comme sa mèche : pour sa première année à la FAV, il fait venir Luis Mariano, Dalida et Jean Yanne.

Les têtes d'affiche


Nos plus belles années


Ainsi jusqu’en 1973, grâce à lui, la FAV voit se succéder les plus grands noms de la variété française et internationale.

Et en 1961 … l’autre Johnny fait sa première apparition à Colmar. Johnny Hallyday avec qui Stark est très proche.

Et autant vous dire que le Johnny on va le voir souvent.
Très souvent
(12 fois .. pour le moment).
Increvable le mec.

Et ce, alors même que ses thèmes favoris sont (à l'époque) la  "désespérance et la mort".

Johnny 1968


Il serait fastidieux d’énumérer ici les noms de tous ceux qui ont défilé sur le plateau durant cette période.

Il y eut des vedettes-étoiles dont les noms brillent toujours.
Et qui ont éclairé les nuits parisiennes.

Joséphine Baker

Des vedettes dont la coupe restera éternellement éternelle.
Comme figée.
Et ce malgré la pluie.

Mireille Mathieu

Des vedettes au grand cœur et aux pieds noirs.
Qui ont fait chavirer le cœur du public dans leurs accents méditerranéens.

Enrico

Des vedettes aux bagues en or et aux mains d'argent.

Manitas

Et puis, il faut bien le dire, il y a eu aussi des vedettes-comètes.
Bien mignonnes certes mais qui ont rapidement fait Pschiiiiiiittttttt.

Et finalement c’est pas plus mal.

Line et willy

A elle les jolies robes.
A lui les gros travaux dans la maison.
C’est beau. Tellement que personne ne s’en souvient. Si ?


Pour ceux qui comme moi aurait un trou, voilà leur grand tube de l’époque, passé littéralement en coup de « vent ».


Johnny Stark se trompait rarement mais ça lui arrivait quand même.
Voilà.

Il sera aux manettes du Festival jusqu’en 1973 … années des plus belles affiches de la FAV.
Des plus riches.

Côté foire, rien ne change vraiment ces années-là.
Les dégustations vont bon train.
Et les bouteilles sont sifflées.

Toujours avec la même ardeur.

sujet dégustation 1967

1968 : ça déménage


Grâce à la scène et les célébrités qui la foulent, la fréquentation de la Foire explose (132 000 visiteurs en 1967).
Le centre historique de Colmar devient trop étroit pour accueillir autant de monde.

A tel point que le maire Joseph Rey déclare que : « le moment approche où la foire bénéficiera de profonds changements, notamment dans le sens d’une extension considérable de son terrain ».

D’autant que c’est aussi le début des tournées d’été qui conduisent les « vedettes » de ville en casino, de théâtre de plein air en arène et de chapiteau en plage.



Le théâtre de verdure. Voilà la solution.

En 1968 …. S’ouvre donc dans le tout nouveau « Parc des Expositions et des sports » de la ville.

La Foire dispose désormais de 5 halls d’une superficie de 12 000 m², ainsi que d’un théâtre de plein air de 6600 places.

Les travaux


Et madame n'est pas oubliée avec un magnifique pavillon "des arts ménagers".
C'est Line qui devait être contente.


vins et arts ménagers

La fameuse « coquille », réalisée sur la même base que le Hollywood Bowl aux Etats-Unis.
Une folie des grandeurs made in USA.

Made in Johnny Stark.
Of course.


construction pac expos

Un vent souffle.
Pas celui de Line et Willy non. Celui de la modernité.


Jusque dans les costumes des hôtesses.
Oui mesdames.

ITW révolutionnaire

 

70' : ça chauffe

 

La décennie 70 commence mieux qu’elle ne se termine.

Celles que l’on appelle encore les vedettes continuent à venir s’encanailler à Colmar.
Claude François, Joe Dassin, Charles Aznavour, Eddy Mitchell, Tina Turner, The Who et Pink Floyd …. Et j’en passe.

Des vedettes à la pelle


Ou encore Serge Lama en 1974 qui aime picoler un p'tit coup avec un plateau de crustacés.
Qui aime surtout rigoler un grand coup sur le plateau.


lama

En moyenne …. 150 000 visiteurs ... arpentent les allées de la foire chaque année.
Et la Foire continue son bonhomme de chemin.
Tchou tchou.



images foire 1974

Paradis artificiels

Pour l’anecdote, dans les années 70, les chevelus débarquent à la foire.
Eh oui !

C’est le temps des copains, le temps de l’amour et de l’aventure.


Avec leurs pattes d’éph et leurs marguerites.
Ils sont gentils mais ils ont un petit défaut. Aux yeux des organisateurs de la foire tout du moins.

En tout bons alsaciens ils aiment le vin.
Mais ils sont jeunes et ils ont … aussi …. d’autres plaisirs difficilement avouables.


Des « paradis artificiels » qui mettent les organisateurs de la Foire dans des états proches de l’enfer.

Du coup, il est question en 1974 de supprimer les concerts dits « pop ».
Jugés tendancieux. Propices au « trafic de stupéfiants ».
Boire oui.
Fumer non.


Et lors de notre reportage, en 1974, les avis là-dessus sont assez partagés.
Regardez.

suppression concerts pop

Tout est bien qui finit joint.
Les concerts "pop" ne seront finalement pas annulés.
Et les craintes vite parties … en fumée.


Les flammes de l’enfer


En fumée. Oui. Tout est parti en fumée ce 9 août 1979.



Dans la nuit du 9 au 10 août 1979, un incendie ravage tout le hall agricole de l’époque (de la halle aux vins à la coquille).
Aucune victime n’est à déplorer. La 32e édition ayant fermé ses portes quelques heures auparavant.

Les dégâts matériels eux sont considérables.

incendie de 1979

20 millions de nouveaux francs de pertes.
Sans compter les dommages pour les 506 exposants dont tout le matériel est parti en fumée.

ITW incendie

Le reste de la programmation sera annulée et l’édition suivante sera organisée sous tente.
Seule la halle aux vins et le théâtre de plein air seront épargnés.

Il faudra plus de 10 ans pour reconstruire le premier hall.



1980 - 2017 : les stars piquent la vedette

 

 

Bon là je vous la fais en un gros bloc.
37 ans d’un coup d’un seul.

Ce n’est pas par flemme, je vous rassure.
Mais c’est simplement que …. La FAV a trouvé sa vitesse de croisière.

Comme dit, on ne change pas une formule qui gagne.


80’ : ça décoiffe

Les vedettes cèdent leur place aux stars.
C’est moins disco et plus dark. Mais tout aussi bling bling. Vous suivez ?

C'est parfois même .... à dormir debout. Ou plus exactement en l'air.

1984 bonimenteur

Dans les années 80, le spectacle entre dans une ère nouvelle, qui aurait pu être le début de son déclin.
Vidéo kill the radio star.
Understand ?


La curiosité du spectateur se trouve soudainement émoussée par son assiduité de téléspectateur.
La petite lucarne et les clips à gogo auraient pu tuer le spectacle vivant.
D’un coup de zapette magique.

ZZZZZZZZ

Mais non.
La Foire résiste. Et continue de programmer de vrais artistes, bien vivants.

Hauts en couleur.
Hauts en cheveux.
Hauts en couleur de cheveux.


1984 indochine

Indochine viendra 7 fois à la foire.
C'est bien qu'on s'y plaît non ?

La dernière en 2014 pour l’ultime date de leur tournée.
Emouvant.

Indochine


Mais le recordman toutes catégories c'est qui ?
C'est Johnny.

Jojo The Rock  viendra au total 12 fois à la FAV  … avec à chaque décennie la même fougue, les mêmes fringues ….. la même envie d'avoir envie.

La preuve en sons et en images.

Johnny 91
Johnny 2012

Diplômée d’honneur


En 1993, la FAV décroche le diplôme d’honneur de la meilleure performance en visiteurs sur cinq ans, attribué par la Fédération des Foires et Salons de France.


Et devient la deuxième foire de France sur le plan agricole.


Et d'ailleurs, vous reconnaissez quelqu'un dans ce clip ?
Claudio Capéo peut-être ?

C'est dans les allées de la Foire aux Vins que l'Alsacien a fait ses premiers pas il y a deux ans  ... avant de connaître le succès qu'on lui connaît.



Côté programmation, c’est Claude Lebourgeois qui désormais a la lourde tâche de sélectionner les artistes et de mettre la main au portefeuille.
Pas toujours évident.
Déjà en 1999.

Même avec les amis de « toujours » comme Johnny qui ne fait pas dans les sentiments quand il s’agit d’argent.

99 toujours la même recette

Nuit Blanche et journée métalleuse

Deux grandes nouveautés viennent se greffer à la programmation.
Il en faut pour tous les goûts.

Pour les noctambules d'abord : la nuit blanche en 2009.
Elle réunit sous la coquille les plus grands DJ dans une ambiance de night club.


Avec la part belle à la French Touch : Martin Solveig, Bob Sinclair ou le pilier de ces nuits fauves : David Guetta.

david guetta

L’année suivante … changement radical de style … c’est la HRS qui voit le jour.
Comprenez la Hard Rock Session.

La belle brochette

Elle est destinée à un public averti : les métalleux.
Des gros durs au cœur tendre.

Regardez : c’était en 2013.
Attention ça pique les ... oreilles.

HRS

Un grand cru


En 2014, la FAV atteint son record de fréquentation  avec plus de 285 206 visiteurs (soit une hausse de 9% par rapport à 2013).

Cette année, avec Sting, Renaud et les Pixies à ses côtés, vieux de la vieille eux aussi, la septuagénaire espère faire encore mieux.



Et durer aussi longtemps que dure le bon vin ...  ce n'est pas Renaud qui vous dira le contraire.