Haute-Marne : Litige autour de l'agrainage des sangliers

© Photo : Arnaud Lefèvre - France 3 Champagne-Ardenne
© Photo : Arnaud Lefèvre - France 3 Champagne-Ardenne

Les chasseurs haut-marnais en appellent à la justice pour contester un arrêté préfectoral qui s'oppose à la nutrition des sangliers afin de les éloigner des terres agricoles (l'agrainage).

Par Lionel Gonzalez

L'année dernière, 500 hectares ont été endommagés par les sangliers en Haute-Marne.
Pour éviter cela, les chasseurs désirent recourir à l'agrainage. C'est-à-dire : donner de la nourriture aux sangliers pour les éloigner des champs afin de limiter leurs dégâts. Chaque année, la fédération des chasseurs doit indemniser les agriculteurs.

Un agrainage contrôlé permettrait de limiter les dégâts des animaux dans les champs. Leurs virées nocturnes s'apparentent parfois à un véritable labour.
Du coup, la fédération des chasseurs indemnise les agriculteurs à hauteur de 1,5 million en moyenne par an sur ces 10 dernières années.

Sur un quota de 14.500 sangliers à abattre, on est à seulement 40% de l'objectif atteint, alors que plus de la moitié de la saison de chasse est passée.

Pour l'administration, les chasseurs doivent avant tout aller chercher le sanglier là où il est.
En provoquant des rassemblements d'animaux, l'agrainage risquerait aussi de favoriser la propagation de maladies comme la tuberculose présente plus au sud de la France.

Les chasseurs ont donc lancé une pétition et contestent l'arrêté préfectoral au tribunal administratif en espérant une décision rapide. La saison de chasse se termine dans 2 mois.
Litige autour de l'agrainage des sangliers
Les chasseurs haut-marnais en appellent à la justice pour contester un arrêté préfectoral qui s'oppose à la nutrition des sangliers afin de les éloigner des terres agricoles (l'agrainage).

www.pluzz.fr/champagne-ardenne

Sur le même sujet

Police de sécurité du quotidien

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne