Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Don de moelle osseuse : appel aux hommes

Don de moelle osseuse : appel aux hommes
Interviews : Professeur Pham Back-N'Ga, chef du laboratoire d'immunologie CHU de Reims / Adeline Lecardeur, secrétaire des donneurs volontaires de moëlle osseuse - France 3 Champagne-Ardenne - N. Fachet / I. Griffon / C. Sgorlon

12ème semaine de mobilisation pour le don de moelle osseuse, cette année l'Agence de biomédecine recrute de nouveaux donneurs, plutôt jeunes, notamment des hommes de moins de 40 ans. 

Par L.L avec AFP

Spot publicitaire à la radio, bus de sensibilisation, du 13 au 19 mars, l'Agence de la biomédecine organise sa semaine de mobilisation en faveur du don de moelle osseuse. Si vous êtes un homme, de moins de 40 ans, vous êtes le bienvenu ! 

A ce jour, les hommes ne représentent que 35% des donneurs inscrits sur le registre français. Or, les greffes de moelle osseuse offrent de meilleures chances pour les malades lorsque les prélèvements sont effectuées chez des hommes jeunes. 

Cette année, le don de moelle osseuse recrute au masculin

L'objectif est également de "diversifier l'origine géographique" des nouveaux donneurs.

Les greffons (cellules) de moelle osseuse prélevés chez des hommes, a fortiori chez ceux de moins de 40 ans, sont mieux tolérés par les patients et offrent de meilleures chances de succès, explique l'agence. Cette différence s'explique par l'absence des anticorps naturellement développés par les femmes pendant la grossesse, qui complique la bonne tolérance de la greffe. Pour autant les femmes doivent continuer à participer au don, les médecins privilégiant toujours le donneur le plus compatible avec le receveur.

Seulement un Français sur cinq (18%) sait que la probabilité de trouver un donneur compatible est très rare : 1 sur 1 million. "La compatibilité étant très rare, chaque donneuse et chaque donneur compte", dit le Dr Evelyne Marry de l'Agence de la biomédecine.

Six hommes sur 10 croient à tort que le prélèvement des cellules de la moelle osseuse se fait dans la colonne vertébrale, selon une étude TNS Sofres. A cause de cette idée fausse, près d'un tiers des hommes de 18-24 ans craignent que le don soit "douloureux et risqué".

Ne pas confondre la moelle osseuse (située dans le dos) avec la moelle épinière (élement du systère nerveux logé dans la colonne vertébrale


Trois fois sur quatre, le don de cellules de moelle osseuse se fait par un prélèvement sanguin particulier appelé cytaphérèse. Ce mode de recueil des cellules de moelle est connu par moins d'un homme sur dix (4%). La moelle osseuse, située dans les os, fabrique les cellules du sang. Elle ne doit pas être confondue avec la moelle épinière, élément du système nerveux logé dans la colonne vertébrale. (Etude TNS Sofres réalisée pour l'Agence de la biomédecine en décembre auprès d'un échantillon représentatif de 1.008 personnes de 18 ans et plus).

Le don de moelle osseuse permet de guérir 80% des maladies du sang. Plus il y aura de donneurs inscrits, plus les chances de trouver un donneur compatible avec le malade seront grandes.

Un sport radio est diffusé en ce moment sur 7 grandes stations nationales ainsi que sur 12 antennes régionales. Toute la semaine, deux bus aux couleurs de la moelle osseuse partiront à la rencontre du grand public dans 12 villes : Aix-en-Provence, Bordeaux, Caen, Chambéry, Le Mans, Limoges, Montpellier, Nice, Poitiers, Reims, Rennes, Toulouse. 

Les 3 grand principes du don

  • L'anonymat 

La loi française rend l’anonymat obligatoire pour tous les dons de produit d’origine humaine (moelle osseuse, sang, organes, gamètes). Lorsqu’un don est réalisé, le donneur ne connaît pas la personne qui en bénéficiera, et réciproquement pour le receveur. Le donneur accepte donc de donner pour n’importe quel patient en France comme à l’étranger.

  • Le consentement

Lorsque le donneur est sollicité par le registre national pour un don de moelle osseuse, il doit se rendre au Tribunal de Grande Instance de son domicile afin de confirmer son consentement au don de moelle osseuse. Cette démarche permet de recueillir le libre accord du donneur pour le prélèvement ainsi que le fait qu’il ait été correctement informé de la procédure. Ce consentement reste révocable à tout moment.

  • La gratuité

Aucune rémunération n’est versée au donneur. Son don est gratuit. De son côté, l’établissement de santé qui réalise le prélèvement prend à sa charge les frais d’examens afférents au prélèvement, la totalité des frais d’hospitalisation, les frais de transport ainsi que, le cas échéant, l’indemnisation de la perte de rémunération subie par le donneur.

Sur le même sujet

Rapport sur l'homophobie

Près de chez vous

Les + Lus