Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Présidentielle : les bureaux de vote sous sécurité

Au lendemain de la fusillade mortelle sur les Champs-Elysées, à Paris, et à deux jours du 1er tour de la Présidentielle, les mairies se préparent. La sécurité devrait être renforcée aux abords des bureaux de vote.

Par L.L avec AFP

Hier soir, l'attentat sur les Champs-Elysées, a coûté la vie à un policier. Un nouveau drame à Paris qui intervient quelques jours à peine avant le premier tour de la présidentielle. La sécurité est revenue au centre des débats, au coeur de la campagne et de l'élection. 

"Rien ne doit entraver ce moment démocratique fondamental pour notre pays", a déclaré le Premier ministre Bernard Cazeneuve ce matin à l'issue d'un Conseil de défense réuni autour de François Hollande à l'Elysée.

Même si, comme le rappelait le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl, "aucune force de sécurité armée ne peut apparaître dans et à proximité immédiate des bureaux de vote. C'est la règle démocratique", plus de 50.000 policiers et gendarmes, appuyés par 7.000 militaires de l'opération Sentinelle, seront mobilisés pour assurer la sécurité de l'élection présidentielle dans les 67.000 lieux de vote.

"Il peut y avoir des débordements venant d'extrémistes de tous bords", avait-il averti. Dans un discours aux préfets le 5 avril, Matthias Fekl avait insisté : "Veillez bien à ce que chaque président de bureau de vote dispose d'un numéro d'appel direct aux forces de sécurité. Je demande à chacun de vos services, notamment en zone rurale où les points de vote sont éloignés les uns des autres, de se tenir prêts".

Il y aura "plus de bureaux de vote que de policiers et gendarmes et militaires mobilisés", note vendredi Céline Berthon, secrétaire générale du syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN/UNSA) sur Europe 1.

A Paris, 200 bureaux sur les 896 vont disposer d'un ou plusieurs vigile(s), employés par des sociétés privées de sécurité, et des patrouilles de la brigade mobile de la DPSP (Direction de la prévention et de la sécurité du public) ont été organisées aux alentours des bureaux de vote pour un "effet rassurant et dissuasif".

La protection des candidats

L'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) dispose d'une échelle de 1 à 4  pour évaluer le niveau de menace (1 correspondant à "attentat en cours"). Le service de protection des personnalités (SDLP) adapte ensuite le dispositif de sécurité, qui peut fluctuer selon les candidats.

"Il y a en permanence un échange entre les équipes de policiers qui entourent les candidats, les staffs et les autorités, pour que le dispositif soit le plus adapté", précise le ministère de l'Intérieur.

Outre le dispositif de protection rapprochée, il y a aussi toute une série de mesures d'ordre public engagées, comme le filtrage du public avant les meetings, des patrouilles et les traditionnels dispositifs de maintien de l'ordre. A la fin de la semaine dernière, François Fillon a été réévalué en "Uclat 2", le plus haut niveau de menace pour une personnalité, après qu'une fausse information a fait état d'une menace sur un de ses meetings.

A l'exception de Marine Le Pen qui est évaluée "Uclat 3", c'est-à-dire qu'il y a des menaces à son encontre, les autres candidats sont tous "Uclat 4", exempts de menace.

Vers plus de sécurité ?

  "Il y a un certain nombre de mesures qui peuvent être prises", a concédé le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet. "Vigipirate ou les mesures prises dans le cadre de l'état d'urgence, ce sont des mesures qui s'adaptent en permanence. Il y a beaucoup de mesures invisibles, d'autres sont visibles mais pour que ces dispositifs restent efficaces, il faut qu'ils demeurent confidentiels", a-t-il ajouté.

Avant même l'attentat de jeudi soir, "notre niveau de vigilance était particulièrement élevé parce que la menace n'a jamais été aussi forte", a-t-il encore estimé.

100 000 électeurs, 60 bureaux de vote à Reims


Du côté des mairies, on se prépare à cette élection. L'organisation est d'autant plus importante, face à cette terroriste, il faut veiller à la sécurité des citoyens. A la demande de l'Etat, un renforcement est prévu. Exemple à Chalons-en-Champagne et à Reims, dans la Marne.


Sécurité et bureaux de vote
Reims ( Marne ) Cathy Vache Responsable du Service Elections Alexandre Mora Directeur de Cabinet du Maire de Reims Chalons-en-Champagne ( Marne ) - France 3 Champagne-Ardenne - Marie-Line Fournier/ Philippe Cocquempot/ Montage : Laura Klein

En Haute-Marne, aussi, des mesures ont été prises. La Préfecture a sensibilisé les présidents des bureaux de vote pour qu’ils veillent notamment à ce que les files d'attente à l'extérieur des bureaux de vote soient évitées et à réguler et organiser ces files à l'intérieur, à l'écart de la voie publique, en cas d'affluence.

Par ailleurs, les forces de l’ordre seront mobilisées aux abords des 570 bureaux de vote pour assurer la surveillance. Elles pourront intervenir à la demande des présidents des bureaux de vote. Ce dispositif avait déjà été mis en place lors des élections des primaires.

Pour la Haute-Marne, ce sont ainsi près de 130 policiers et gendarmes qui seront mobilisés dimanche.

Les indiscrétions des bureaux de vote

Entre 800 et 1000 électeurs inscrits par bureau maximum
Un isoloir minimum pour 300 électeurs inscrits dont un accessible pour les personnes en fauteuil roulant
L'urne doit avoir au moins 4 faces transparentes et munies de deux serrures différentes
Le nombre de tables de dépouillement ne doit pas dépasser celui des isoloirs. Elle sont disposées de telle sorte que les électeurs puissent circuler autour.
Horaires des bureaux : de 8h à 18h ou 19h, jusqu'à 20h dans les grandes villes selon arrêté préfectoral

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

L’aire d'accueil des gens du voyage de la Prayelle à Sedan fermé pour travaux

Près de chez vous

Les + Lus