Reims : le procureur de la République évoque une scène de crime « épouvantable »

Reims : le procureur de la République indique une scène de crime « épouvantable »

Le procureur de la République de Reims Mathieu Bourrette apporte des éléments concernant le meurtre d’une femme de 74 ans, habitant rue Michel Ange (quartier Charles Arnould) à Reims.

Par LG

Le procureur de la République Mathieu Bourrette qualifie cette scène de crime « d’épouvantable ». Des restes humains et du sang ont été retrouvés dans plusieurs pièces de la maison. L’autopsie (en cours ce mardi), devra vérifier si la victime a aussi reçu des sévices sexuels.
Un individu de 42 ans, prénommé Farid a été appréhendé sans difficulté par les services de police. Il a reconnu spontanément avoir tué, celle qu’il appelait « sa mère ». Une enquête, initialement ouverte pour meurtre a été confiée à la sureté départementale.

Qui est Fa​rid ?

Farid, né 1974 à Tarbes, avait été placé dans la famille de la défunte à l’âge de deux ans par les services de la DDAS. La victime, qui n’avait pas d’enfant, l’élevait comme son fils avec son mari (décédé il y a deux ans). Farid présentait de très lourds déséquilibres psychiatriques et avait de nombreux accès de colère et de violence. La victime conservait néanmoins, chez elle, et sans discontinuer, jusqu’à ses vingt ans. A ce moment-là, l’individu devait faire plusieurs séjours spécialisés en Belgique, avant d’être placé en France sous tutelle, et depuis plusieurs années en service de psychiatrie, dernièrement à Châlons-en-Champagne. A priori, en hospitalisation libre, sans contrainte.

Farid et sa "mère de coeur"

Régulièrement, Farid était conduit par une ambulance le dimanche matin pour passer la journée avec celle que l’on appelle « sa mère de cœur », avant d’être pris en charge en fin d’après-midi. C’est d’ailleurs ce qu’il s’était déroulé le dimanche 1er janvier 2017, sans aucune difficulté.
Le 8 janvier dernier, Farid a expliqué aux enquêteurs qu’il était « très en colère contre elle » car elle avait promis de l’appeler le vendredi 6 janvier. Qu’il avait attendu cet appel jusqu’à 18h, sans succès.

Il a décidé de tuer sa mère

Selon ses propres termes, il avait décidé le 7 janvier de tuer sa maman lors de leur rencontre du 8 janvier. Il a précisé l’avoir fait chuter au sol peu de temps avant son arrivée au domicile, l’avoir frappé avec une serpe, puis avec plusieurs couteaux avant de la coincer au sol et de la trainer dans un placard à vêtements.

Son casier judiciaire était vierge. Il était néanmoins connu de la justice pour des faits de vols et de dégradations (classées sans suite en 2014 et 2015).
Les constatations de police scientifique et de médecine légale sur place ont mis en évidence l’acharnement dont le mis en cause a fait preuve en portant ces coups (fracture importante du crâne, plaies multiples au bras, thorax, genoux, épaule, flanc droit). Une serpe et des couteaux sont les armes qu’il a utilisées pour porter ces coups.

Le procureur de la République Mathieu Bourette qualifie cette scène de crime « d’épouvantable ». Des restes humains et du sang ont été retrouvés dans plusieurs pièces de la maison. L’autopsie (en cours ce mardi), devra vérifier si la victime a aussi reçu des sévices sexuels.

Un mandat de dépôt sera pris dans le courant de cet après-midi de mardi, en plus de l’ouverture d’une information judiciaire.

A lire aussi

Sur le même sujet

Rund Um Stimme 4

Actualités locales

Les + Lus