Coupe de France : le petit poucet FC Geispolsheim est prêt à affronter Reims, l'ogre de Ligue 2

L'équipe du FC Geispolsheim 01 / © Page Facebook du FC Geispolsheim 01
L'équipe du FC Geispolsheim 01 / © Page Facebook du FC Geispolsheim 01

Ce dimanche 12 novembre, le FC Geispolsheim, équipe de Régional 2, recevra Reims, leader de la Ligue 2 pour le 7e tour de la Coupe de France. Cinq divisions d'écart entre les deux équipes, et forcément beaucoup d'excitation pour les petits poucets alsaciens. 

Par Laurianne Callon

C'est ce dimanche 12 novembre que se jouera le 7e tour de la Coupe de France de football avec l'entrée en lice des clubs de Ligue 2. Neuf clubs alsaciens sont encore en lice. Parmi eux, Geispolsheim, équipe de Régional 2, qui a tiré le gros lot. Reims, le leader de Ligue 2, viendra au centre sportif de la commune alsacienne. 


Les 400 places assises ont été liquidé en quelques jours seulement. La venue d'un leader de la Ligue 2 pour affronter les amateurs de Geispolsheim, c'est tout simplement du jamais vu, parole de supporters. 

En vue de ce match très prometteur, le coach fait un point tactique avant le dernier entrainement, mais nos journalistes n'ont pas pu y assister pour ne pas compromettre les petites chances... d'un effet de surprise. Du côté des joueurs, depuis quinze jours on rêve éveillé.

Magré cinq divisions d'écart, le coach Alexis Maître veut y croire. Cette semaine du 6 novembre, il a même ajouté un entrainement supplémentaire : "La pression, elle monte, elle descend pas. On a l'intention de prendre du plaisir. Tout le monde est dans ses petits souliers, on n'aimerait pas décevoir." 

Des effectifs de sécurité renforcés


Autre impératif : la sécurité. En Régional 2, le club joue devant 80 à 130 spectateurs. Dimanche 12 novembre, ils pourraient être jusqu'à 2700, d'où la présence d'une équipe de choc. Fabrice Bréchet, en charge de la sécurité, ne veut qu'aucun incident ne gâche le spectacle : "Il y aura huit gendarmes, quatre personnels médicaux, 20 stadiers bénévoles et une vingtaine d'agents de sécurité."

Malgré la pression, pas question de déroger aux bonnes habitudes : après l'entraînement, c'est à la buvette que les joueurs ont fini la soirée. En attendant de sabrer le champagne dimanche? 


Un reportage de Marc Schmitt et Vincent Roy



A lire aussi

Sur le même sujet

Nancy : contrôles renforcés pour les demandeurs d'emploi

Près de chez vous

Les + Lus