Histoires 14-18 : le Mont Cornillet, tunnel de l'horreur

© Pathé Gaumont/BDIC Fonds Valois/Collection privée Gervais Cadario/l’Illustration/INA
© Pathé Gaumont/BDIC Fonds Valois/Collection privée Gervais Cadario/l’Illustration/INA

Par France 3

Le Mont Cornillet. Un massif de 200 mètres de haut, à quelques kilomètres de Reims. Il fut aussi le théâtre en 1917 d'un des épisodes les plus meurtriers de la guerre. Un simple obus, tiré par les français, va tuer d'un seul coup près de 600 soldats allemands !

Présents sur place depuis septembre 1914, les allemands ont investis les monts de champagne, soit une dizaine de massifs, stratégiques, d'où ils observent et pilonnent les lignes françaises. Parmi ces massifs, le Mont Cornillet, le centre névralgique du dispositif allemand. Dans ses entrailles, d'anciennes carrières de craie, fortifiées, où s'entassent des milliers de soldats.

En avril 1917, les Français lancent une offensive pour tenter de reprendre le secteur. Le 20 mai, un obus de 400 tiré depuis Mourmelon parvient par hasard à exploser dans la bouche d'aération principale de ces galeries souterraines. Le bilan sera terrible côté allemand.

Histoires 14-18 : le mont Cornillet, tunnel de l'horreur
Source archives : - Pathé Gaumont - BDIC Fonds Valois - Collection privée Gervais Cadario - l’Illustration - INA  - France 3 - M. Guillerot

600 soldats allemands originaires du Wurtenberg vont trouver la mort dans des conditions épouvantables. A 15 mètres sous terre, aussitôt après l'explosion, la panique s'empare de ces jeunes recrues, inexpérimentées pour la plupart. Il faut vite trouver de l'air pour respirer mais les sorties ont été rapidement condamnées par les Français, arrivés sur place.

Certains soldats essayent d'escalader leurs camarades. D'autres plus fatalistes, s'assoient, pour rédiger un mot d'adieu à leur famille. Tous finissent par mourir asphyxiés. Enterrés vivants, ces soldats allemands ne seront redécouverts qu'en 1971, et remontés à la surface pour la moitié d'entre eux, deux ans plus tard.

Tous reposent aujourd'hui ici au cimetière militaire allemand de Warmery Ville. Seuls 14 d'entre eux ont rejoint l'Allemagne à la demande de leurs descendants, 57 ans après l'explosion du tunnel du Mont Cornillet.

 

Sur le même sujet

Le Grand Rabbin de Strasbourg René Gutman prend sa retraite

Près de chez vous

Les + Lus