Quel avenir pour le site de Bure ?

© Maxime Meyer / France 3 Champagne-Ardenne
© Maxime Meyer / France 3 Champagne-Ardenne

Vendredi 1er septembre, sur le plateau de France 3 à Reims, le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé sur plusieurs sujets régionaux, parmi lesquels la gestion du dossier des déchets nucléaires. Au lendemain de nouveaux incidents, ces propos étaient très importants.

Par Bruno Demange

Le 15 août dernier, de nouvelles tensions se sont déroulées entre forces de l'ordre et opposants au projet d'enfouissement de déchets nucléaires sur le site de Bure. Quelques jours après ces incidents, le Premier ministre Edouard Philippe s'est arrêté au studio de France 3, à Reims, dans le cadre de sa venue pour inaugurer la foire de Chalons-en-Champagne. Il est donc revenu sur ces incidents et sur la façon dont le gouvernement envisage de gérer ce difficile dossier.

La question qui lui a été posée était très claire : comment éviter que Bure ne devienne un nouveau "Notre-Dame des Landes", ou pire, un nouveau "Sivens"
Pour Edouard Philippe, c'est clair : s'il ne faut pas se voiler la face, il ne faudra jamais recourir à la violence ; toutes les questions doivent pouvoir être posées". Le Premier ministre rappelle néanmoins qu'il est nécessaire qu'une solution soit trouvée :

C'est un sujet de temps long ; les déchets existent et ne vont pas disparaître. Que fait-on ? On peut ne rien faire, en espérant que les générations futures trouvent une solution adaptée. Ce n'est pas le choix du gouvernement, ni de nos prédécesseurs... Il faut trouver la solution la plus sûre, et la plus transparente. Toutes les questions doivent pouvoir trouver des réponses..."



RETROUVEZ L'INTEGRALITE DE CET INTERVIEW EN CLIQUANT ICI



Sur le même sujet

Les parents manifestent à Oberhaslach

Près de chez vous

Les + Lus