Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Ministre turc des Affaires étrangères à un meeting électoral à Metz : vives réactions à droite, la gauche souhaite l'apaisement

Le ministre sur le sol français. / © Images Reuters
Le ministre sur le sol français. / © Images Reuters

La participation du ministre turc des Affaires étrangères à un meeting électoral dimanche 12 mars 2017 à Metz, en pleine tension entre la Turquie et plusieurs pays européens, a provoqué la colère de la droite et du Front national, alors que le gouvernement plaidait pour "l'apaisement".

Par Didier Vincenot avec AFP

Interview de Ziya Bayindir, président de l'Union des Démocrates Turcs Européens de Lorraine, organisateur du rassemblement.
 

Itw d'un organisateur de la réunion
Suite à la venue à Metz du ministre des Affaires étrangères de Turquie pour assister à une réunion, ITW d'un organisateur de cette réunion. - France 3 Lorraine - Grégory Boileau


Le contexte

La participation du ministre turc des Affaires étrangères à un meeting électoral dimanche 12 mars 2017  à Metz, en pleine tension entre la Turquie et plusieurs pays européens, a provoqué la colère de la droite et du Front national, alors que le gouvernement plaidait pour "l'apaisement".

Le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu, qui avait été refoulé des Pays-Bas la veille, s'est exprimé en début d'après-midi devant un millier de membres de la communauté turque de l'est de la France.

Il est venu plaider pour l'adoption du projet de révision constitutionnelle renforçant les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, qui sera soumis à référendum le 16 avril 2017 en Turquie. Dans le public, nombre de spectateurs brandissaient des drapeaux
turcs
pour ce rassemblement prévu depuis plusieurs semaines.

L'arrivée des participants à la réunion UTED. / © Grégory Boileau - France 3 Lorraine
L'arrivée des participants à la réunion UTED. / © Grégory Boileau - France 3 Lorraine


Vives réactions à droite

Vive réaction en revanche de François Fillon, candidat de la droite à l'élection présidentielle, qui accusé le chef de l'Etat, François Hollande, de rompre "de manière flagrante la solidarité européenne". "Il est évident qu'une position commune aurait dû prévaloir pour gérer les demandes turques.
Le gouvernement français aurait dû empêcher la tenue de ce meeting", affirme-t-il dans un communiqué.

Même condamnation de la candidate du Front national, Marine Le Pen : "Pourquoi devrait-on tolérer sur notre sol des propos que d'autres démocraties refusent ?  Pas de campagne électorale turque en France", a-t-elle tweeté. 

Pour Henri Guaino (LR), autre candidat à l'Elysée, "la solidarité européenne voudrait que tous les pays européens, à commencer par la France, élèvent une protestation scandalisée auprès du gouvernement turc". "Ne serait-ce que pour cela, la France n'aurait pas dû accepter que le ministre des Affaires étrangères turc vienne tenir cette réunion", a-t-il affirmé chez nos confrères de BFMTV.

Même condamnation du souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, également candidat à la présidentielle, pour qui "le gouvernement s'est couché" devant les exigences turques.

Et pour le député LR Pierre Lellouche, "ce manque de solidarité des démocraties européennes n'est pas à l'honneur du gouvernement socialiste".

La salle des Congrès de Metz. / © Grégory Boileau - France 3 Lorraine
La salle des Congrès de Metz. / © Grégory Boileau - France 3 Lorraine


La gauche souhaite "l'apaisement"

A gauche, l'eurodéputé socialiste Vincent Peillon a souhaité au contraire un "apaisement" des relations euro-turques et déploré une réaction turque "excessive" à l'interdiction de meetings d'associations turques aux Pays-Bas et en Allemagne.

Il rejoint Jean-Marc Ayrault, qui a également souhaité "l'apaisement" et invité "les autorités turques à éviter les excès et les provocations". "Dans ces circonstances, il est indispensable de faire preuve de responsabilité et d'éviter les polémiques
inutiles", écrit-il.

Europe Ecologie-Les Verts a dénoncé en revanche la tenue de ce meeting "qui rend la France témoin et caution du grave glissement autoritaire que connaît la Turquie actuellement".


Une communauté très présente dans le Grand Est

La communauté turque en France compte environ 700.000 personnes, dont 160.000 dans le Grand Est.
Nombre de Turcs d'Alsace et de Lorraine avaient fait le déplacement à Metz, parmi lesquels un grand nombre de femmes.

Dimanche, M. Erdogan a remercié Paris d'avoir autorisé la visite de son chef de la diplomatie, affirmant que "La France n'est pas tombée dans (le même) piège" que les Pays-Bas ou l'Allemagne.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

L’aire d'accueil des gens du voyage de la Prayelle à Sedan fermé pour travaux

Près de chez vous

Les + Lus