Un musée allemand expose des objets de migrants

L'exposition, visible près de Stuttgart, montre les objets que ces déplacés ont emportés avec eux, souvent le seul souvenir de leur vie passée, de leur pays ou de leurs proches. L'expo s'intéresse à toutes les personnes déplacées de force et qui habitent aujourd'hui dans la région. 

Par PhD

Cette exposition originale et inédite se trouve à Bietigheim-Bissingen, une commune située au nord de Stuttgart. Là, devant la Städtische Galerie, une salle dans laquelle sont disposées des valises. Elles ont toutes appartenu à des migrants. Elles ont aussi été ouvertes pour les visiteurs. Une poupée, une serviette brodée, une veste et même un bidon d'eau qui a servi de bouée de sauvetage à un jeune homme quand son bateau a coulé en Méditerranée. Sous ce bidon, il a inscrit la date du naufrage, en souvenir. Issa Al Ghaith, lui, a quitté la Syrie en 2013, il a rejoint sa femme et ses deux filles en Allemagne. Il conserve encore plusieurs objets qu'il avait au moment du départ de Damas : un biberon, une peluche, un petit téléphone et une bible. Nous l'avons aussi rencontré lors de notre tournage.
Un musée allemand expose des objets de migrants
L'exposition, visible près de Stuttgart, montre les objets que ces déplacés ont emportés avec eux, souvent le seul souvenir de leur vie passée, de leur pays ou de leurs proches. L'expo s'intéresse à toutes les personnes déplacées de force et qui habitent aujourd'hui dans la région.  - Florence Grandon et Christian Laemmel
 Pour évoquer cette mobilité forcée, il y a aussi une œuvre d'art composée de valises. Celles-ci sont entassées et forment un mur qui, symboliquement, empêche de traverser la pièce. Un mur comme ceux que rencontrent de plus en plus de candidats à la migration. Rolland Mellman, lui, possédait une valise en bois lors de son expulsion des Sudètes après la Seconde Guerre mondiale. Il faisait partie de la minorité germanophone de Tchécoslovaquie et il avait quitté brutalement son pays natal avec cette seule petite valise. "Mon père a fait fabriquer cette caisse par mon oncle qui avait une scierie, il voulait quelque chose de solide", raconte cet homme qui a fait toute sa vie en Allemagne.

Plus loin les visiteurs peuvent écrire la liste de ce qu'ils mettraient dans leur valise s'ils devaient fuir. Greta pense à son chat et à sa peluche. Sa grand-mère se souvient d'avoir fui avec ses parents la Roumanie d'après-guerre : "Cette exposition est très importante, dit cette dame qui sait de quoi elle parle, parce qu'elle permet de comprendre ce que les migrants ont vécu".

Exposition visible à la Städtische Galerie de Bietigheim-Bissingen jusqu'au 26 mars 2017

Sur le même sujet

Châlons-en-Champagne. À la rencontre des pupilles de la Nation

Près de chez vous

Les + Lus