Pas de Lorrains dans le gouvernement d'Edouard Philippe

Edouard Philippe, Premier ministre d'Emmanuel Macron / © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Edouard Philippe, Premier ministre d'Emmanuel Macron / © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

C'est une quasi certitude, malgré la volonté d'ouverture à Droite et au Centre amorcée avec la nomination du Premier ministre, aucun Lorrain ne semble avoir le profil d'un(e) ministrable selon les critères avancés par Emmanuel Macron. Réponse définitive à 15h ce mercredi 17 mai 2017.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

A la différence de leurs collègues du Grand Est, qu'ils soient alsaciens (Fabienne Keller) ou Champardennais (Arnaud Robinet ou Benoist Apparu), les élus Lorrains ministrables ce mercredi 17 mai 2017 sont très peu nombreux.

Les plus fréquemment cités, à chaque préparation de nouveaux gouvernements, ne semblent pas tenir la corde, soit de leur fait, soit si l'on s'en tient aux critères envisagés par l'exécutif.

Petit tour d'Horizon.

A droite





  • Valérie Debord :  la candidate des Républicains pour les législatives à Nancy (2e circonscription) s'est dit elle-aussi intéressée par la démarche d'Emmanuel Macron en désignant Edouard Philippe comme Premier ministre et son âge et sa connaissance des dossiers peuvent-être des atouts. Mais elle est plutôt positionnée dans le respect de la ligne de son parti et malgré la revanche que cela lui permettrait de prendre sur sa collègue Nadine Morano qui a déjà connu les ors ministériels, elle ne devrait pas tenter cette aventure.


  • Nadine Morano : elle a l'âge bien sûr, mais difficile d'en faire une icône du renouvellement politique. Et la député européenne reste fidèle à sa famille Les Républicains.


A gauche

  • Christian Eckert (PS) :  secrétaire d'Etat au budget sous le précédent gouvernement, il n'a jamais démérité et est notamment celui qui a mis en place le principe du prélèvement de l'impôt à la source. Mais le Meurthe-et-Mosellan est un socialiste fidèle à son parti et par ailleurs, Emmanuel Macron pourrait bien retoquer le projet de prélèvement à la source de l'impôt 


  • Jean-Marc Todeschini : Lui aussi sortant, le Mosellan secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants a également été apprécié par ses interlocuteurs. Toutefois, aussi fidèle qu'Eckert au parti socialiste, il ne paraît pas entrer dans les critères d'âges évoqués pour le "renouvellement de la vie politique".



Réponse définitive ce mercredi à 15 heures, avec l'annonce du gouvernement !

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

La VHD, maladie hémorragique décimes les lapins dans le Haut-Rhin

Près de chez vous

Les + Lus