Les salariés d'Ardennes Forge voient une partie de leurs dettes effacées

Les portes de l'ancienne usine Ardennes-Forge, à Nouzonville, qui a fermé en 2008. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Les portes de l'ancienne usine Ardennes-Forge, à Nouzonville, qui a fermé en 2008. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Déjà 300 000 euros de dettes effacées. Les anciens salariés d'Ardennes Forge voient une bonne partie des sommes réclamées par l’Association de garantie des salaires (AGS) effacées alors qu'on leur demandait 560.000 euros auparavant.

Par Marc Taubert

Ils sont 44 anciens salariés à qui l’Association de garantie des salaires (AGS) demandait pas moins de 560.000 euros.

L'organisme n'en réclame désormais plus que 302.000, a révélé L'Union-L'Ardennais plus tôt dans l'après-midi. Et ce chiffre pourrait encore baisser.

"Nous sommes pour l'instant 18 à ne plus devoir rien régler à l'AGS qui examine nos dossier au cas par cas, affirme Rémy Petitjean, ancien salarié d'Ardennes Forge. D'après nos calculs, on pourrait être 27 à voir notre dette retirée."

Car quelques dossiers dont il manque des pièces "concernent des personnes au RSA, qui sont insolvables", selon l'ancien salarié.

"Un peu d'humanité"


C'est pour beaucoup d'anciens salariés la récompense d'un long combat, et l'espérance de la fin d'un long calvaire. "On accueille cela très bien. On avait déposé les dossiers il y a environ un mois et demi. On s'attendait à de mauvaises nouvelles. Je suis content qu'il y ait un peu d'humanité", dit soulagé Rémy Petitjean.

Et de conclure : "Cela fait 7 ans que l'on se bat. Il y a eu beaucoup de procédures juridiques complexes. Le fait que les patrons voyous soient condamnés, cela nous avait quand même donné le moral."

A lire aussi

Sur le même sujet

NJP 2017 : soirée d'ouverture

Près de chez vous

Les + Lus