Trois bonnes raisons de voir “Premier vote”

Pour la première fois, 39 primo-votants, de tous milieux sociaux, de toutes sensibilités politiques, évoquent leur premier vote. Dans le Grand Est, Alix, Maxence et Céline confient leur rapport à la politique. Mais pas seulement... Trois portraits / trois raisons de ne pas manquer "Premier vote".

Par Amandine Munier

1. La politique n’est pas qu’une affaire d’Etat

  • Alix, la sage

« Lors des élections de 2007, j’étais très triste que Ségolène Royale n’ait pas gagné au deuxième tour. Rah ! C’est encore les garçons ! Jamais les filles ! ». Alix avait alors 9 ans.
Dans son salon, assise à table, elle lit le journal, s’intéresse à l’actualité, interroge son père. Aujourd’hui, Alix étudie à Sciences Po à Paris et questionne sans arrêt le pouvoir politique français.

  • Maxence, le téméraire

Maxence a un profil atypique. Sans totalement vous spoiler, disons simplement que cet apprenti cuisinier affirme militer « pour l’Alsace ! ». Entre deux flyers et une recette gastronomique, il revendique haut et fort ses convictions : « tout ça pour montrer que les jeunes aussi s’intéressent à la politique ! ».

  • Céline, la rêveuse

Défenseure des religions, à tendance féministe, cette jeune étudiante en droit est d’un optimisme inébranlable et elle n’a pas sa langue dans la poche. « Tu vois ces gens qui votent pour le moins pire ? Bah, c’est moi »  avoue-t-elle en rigolant.

Alix, Mayence et Céline, ces primo-votants du Grand Est, ont tous les trois un point en commun. Ils écoutent l’opinion politique des autres. Leurs amis, leur famille et même… les irréductibles protestataires. Si leur entourage ne compte pas voter, eux s’engagent. Ils ont 18 et 22 ans.

« Premier vote » : un autre regard, plus subtil, sur la jeunesse d’aujourd’hui. Et qu’est-ce que c’est bon !

2. Un film qui fait du bien

A cette jeunesse, certains attribueront un manque de connaissances, d’autres une façon simple et nouvelle de voir la politique française. « On peut très bien défusionner les régions ! » affirme Maxence.

Mais la sincérité qui se dégage de leur engagement, exacerbée par une caméra omniprésente, révèle une profonde croyance. Celle d’une citoyenneté dévouée à son pays, celle d’une jeunesse qui ne baissera jamais les bras. « J’essaie de faire changer les choses autour de moi » confesse Céline.

Le réalisateur, Zouhair Chebbale, pénètre dans l’intimité de ces primo-votants afin d’analyser la place qu’occupe la politique dans leur vie. Militants ou simples philosophes, ils ont des degrés d’implication différents. Mais, au final, entre une leçon de piano et la préparation d’une tarte aux pommes, la politique ne semble être ni une question d’âge, ni de parcours scolaire, ni de couleurs. Mais une question d’espoir.

« J’ai envie de continuer pour ces gens qui veulent y croire » affirme Maxence. Céline, elle, imagine déjà une sixième République… En quête d’une « utopie » à la Thomas More ?

3. Une piqûre de rappel

La lutte contre les amalgames, contre les stéréotypes ou encore contre la fusion des régions… Certains d’entre eux font de la politique leur chemin de croix et nous rappelle qu’être citoyen, c’est un choix et le vote est un droit fondamental. « T’as encore des pays, genre vraiment, où les femmes n’ont pas le droit de vote ! » raconte Céline à ses amies en tentant de les persuader d’aller voter.

A vrai dire, ces jeunes primo-votants nous ont convaincu dès la première image.

Les étudiants se rencontrent dans un bar strasbourgeois. Véritable leitmotiv du documentaire. La Solidarité. Un lieu symbolique ? Ils échangent leurs opinions politiques autour d’un café. Une anecdote qui nous est déjà tous arrivée. Ils se demandent « Tu votes toi du coup ou tu votes pas ? ». Une question qui peut en faire culpabiliser quelques-uns.

Chacun prend la parole, tour à tour, amicalement. Puis la scène s’achève, laissant au spectateur une once de frustration. « Mais, moi aussi je voulais intervenir ! ». D’emblée, l’identification a fonctionné. Le coeur y est, ému par cette réalité sans artifices. Première étape avant la réflexion et l’action.

Alors, et vous, vous allez voter du coup ou pas ?

REPLAY

Premier vote REPLAY

Synopsis

Ils ont entre 17 et 22 ans, détiennent la nationalité́ française et depuis peu une carte d’électeur qui leur permettra pour la première fois en 2017 de participer au choix du président de la République. Dans chacune des treize régions françaises, trois jeunes citoyens aux idées contrastées se dévoilent et échangent leurs points de vue politiques.

Politiques ? On n’évoquera pas uniquement les stratégies des partis et le nom du candidat fétiche. Surtout les valeurs d’importance pour chacun, les critiques du fonctionnement de la démocratie, les envies pour demain, les rêves. Ils sont déjà̀ très cyniques, parfois plus confus voire naïfs. D’autres se révèlent intransigeants ou utopistes...

Les 13 films documentaires de la collection "Premier vote", produite par Deuxième Ligne, Pardi Productions et De Films en Aiguille dressent un état des lieux des opinions de la jeunesse française à la veille d’une élection à l’issue particulièrement imprévisible.

Bande-annonce


Ils seront diffusés Dimanche 12 mars à 10h50 (chacune des 13 régions de France 3 propose le film tourné sur son territoire), Mardi 14 mars à 01h40, à découvrir, six des douze documentaires issus d’autres régions et Jeudi 16 mars à 01h30, diffusion des six documentaires restants issus d’autres régions.

Après la diffusion de Premier Vote, place au magazine Dimanche en politique en régions. Au programme :
 débats (26') sur « Le vote des jeunes en France
 », dimanche 12 mars à 11h30 dans chacune des 13 régions de France .

Découvrez les extraits du film !

La cartographie des primo-votants




A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

De la bière de printemps fabriquée à Riquewhir

Près de chez vous

Les + Lus