Vive inquiétude des apiculteurs : la récolte 2016 est catastrophique

Cette année, il y a très peu de miel à récolter. Les apiculteurs sont d'autant plus inquiets que les abeilles n'ont pas réussi à produire le nectar nécessaire pour passer l'hiver.

© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
Lors de notre reportage, nous avons rencontré Didier Prévot, apiculteur depuis 34 ans à Tourteron (Ardennes). A ce jour, il fait le triste constat qu’il y a très peu de miel dans ses ruches (2kg à la place de 40kg habituellement). Pour lui, c'est la première fois que la situation est aussi catastrophique.

Cette situation inédite peut s'expliquer par une mauvaise météo entre mai et juillet. Le résultat est que les abeilles n'ont même pas réussi à produire leur réserve pour passer l'hiver.

Nous avons également rencontré Romain Noirot, un éleveur de reines qui vient de se lancer dans la profession. Son objectif de 250 essaims ne pourra pas être atteint car la météo a aussi des conséquences sur le bon développement d'un essaim.

Reste à espérer maintenant que l'hiver ne sera pas trop rude, sinon de nombreuses ruches, déjà affaiblies risquent de disparaitre.

Voir notre reportage

durée de la vidéo: 01 min 43
Apiculture : la récolte 2016 est catastrophique ©France 3 Champagne-Ardenne

En images...

© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
© Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne

 

Sur le net
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société nature sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter