Un week-end Bugatti à Molsheim

Dès vendredi va se tenir le 34ème festival Bugatti. Les membres du club Enthousiastes Bugatti Alsace, souvent collectionneurs ou restaurateurs, sortirons leurs belles mécaniques et auront deux événements à fêter.

Par PhD

C'est un week-end que les passionnés d'automobile et de Bugatti en particulier, ne doivent manquer sous aucun prétexte puisqu'on va célébrer le 70ème anniversaire de la mort du patron Ettore Bugatti, et, dans le même temps, le 80ème anniversaire de la premiere victoire aux 24 H du Mans de la type 57, un des modèles les plus importants dans l'histoire de la marque.

Ce modèle et bien d'autres, souvent encore plus anciens et en parfait état, roulent toujours sur nos routes. Rutilantes, brillantes, ces belles mécaniques fascinent les passionnés du club des Enthousiastes Bugatti depuis plus de trente ans. Christian Schann est le seul restaurateur de Bugatti d'Alsace, il prépare les voitures des collectionneurs qui défileront lors du festival de Molsheim, une vocation liée à la région. "Bugatti est arrivé en Alsace en 1901, il a travaillé chez le baron De Dietrich, suite à ça il a fait une petite escapade à Cologne chez Deutz puis est revenu s'installer en Alsace en 1909 pour créer sa propre marque... il y a là un lien local qui est intéressant", explique le restaurateur.


Dans les années 70, Christian Schann a travaillé à l'usine Bugatti, puis dans les années 80, c'est le déclic, lors d'un festival. Il  commencé ensuite à réparer et a décidé il y a trois ans de se reconvertir en créant le premier atelier de restauration de Bugatti en Alsace. Ses clients viennent aussi de Suisse et d'Allemagne. Un Américain lui a même confié sa type 44 qui sera fin prête pour le festival. Ces derniers jours, le mécanicien a effectué une série de tests sur route avec la voiture, après deux ans et deux mille heures de restauration. "Il y a eu pas mal de sueur et de soucis mais à ce stade là, c'est de la fierté", confie Christian Schann. 

D'origine milanaise, archidoué pour la mécanique, Bugatti avait été recruté par la societé De Dietrich pour mettre au point les premières voitures. Il s'est installé à Molsheim au début du 20ème siècle et a créé sa propre marque après avoir été associé à Emile Mathis, autre constructeur automobile local. Les courses et la vitesse le passionnaient, il est devenu le fondateur de l'industrie automobile de luxe, car la performance doit être belle et sculpturale.

Il y a 80 ans il a remporté sa première victoire aux 24h du Mans avec la Bugatti type 57, une voiture exposée au musée de la Chartreuse de Molsheim. "Bugatti, c'est aussi une ligne, c'est pas que des voitures, des mécaniques, c'est un concept artistique", explique Daniel Lapp, le responsable communication Club des Enthousiastes Bugatti.

La ligne des Bugatti, c'est ce que peaufine aussi Jean-Louis Kenck, ancien garagiste et autre membre du club qui "s'intéresse à la mécanique" et sait "être patient et méthodique" avec ce type de voiture. "Il y a un peu de savoir-faire mais si on est autodidacte on peut y arriver aussi, il suffit d'être méticuleux", ajoute monsieur Kenck. Il rendra lui aussi hommage à sa façon au patron, Ettore, créateur de génie, qui a donné à Molsheim une renommée mondiale.

 

Sur le même sujet

La photographe Carine Charlier met en avant le travail des vignerons

Près de chez vous

Les + Lus