publicité

Près de Rouen : par colère, un client mécontent lance des bouteilles explosives contre un bar-tabac

C'est le laboratoire de la police scientifique de Lille qui a permis de retrouver les empreintes d'un habitant de Darnétal (Seine-Maritime) finalement interpellé interpellé hier (mercredi 13 janvier), plus d'un an après les faits

  • Par Richard Plumet
  • Publié le , mis à jour le
© France 3

© France 3

Une empreinte parle des mois après

Comme dans les séries télévisées, c'est avec des indices et des débris trouvés au sol, que les experts de la police scientifique ont réussi à trouver une trace d'empreinte digitale sur les lieux de l'explosion de plusieurs bombes artisanales rue Sadi Carnot à Darnétal. Transmise par le labo de Lille au service d'identité judiciaire de Rouen, cette empreinte n'a donné aucun résultat pendant des mois.

Jusqu'à fin décembre 2015 où, le fichier informatisé a fait le rapprochement avec un "nouveau client"  dont les empreintes venaient d'être intégrées dans la base informatique.   Munis de la photo du suspect, les enquêteurs de brigade criminelle sont donc retournés à Darnétal pour  revoir les victimes d'une curieuse agression commise le 22 juillet 2014… 

Des bombes lancées contre le bar 

L'agression remonte au 22 juillet 2014. Vers 17h30, un jeune homme entre dans un bar-tabac de Darnétal, dans la banlieue Est de Rouen et achète une carte de téléphone. Quelques minutes plus tard il revient, furieux, et insulte la commerçante, expliquant que la carte est défectueuse. Du bout du bar, le mari arrive pour demander ce qui se passe. Le ton monte. Le client et le patron du bar-tabac échangent  des amabilités. Le client jette à terre un présentoir à journaux et  part, menaçant, en disant "je vais faire péter ton commerce". 

Effectivement, une demi-heure plus tard, des explosions retentissent sur le trottoir, au pied de la vitrine de l'établissement. De la fumée blanche se dégage ainsi qu'une odeur très irritante qui pique les voies respiratoires. Une autre bombe est jetée à l'intérieur du commerce, aux pieds du patron et de sa fille, qui heureusement ne sont pas blessés, juste incommodés et choqués.
Quand la police débute son enquête, elle trouve de curieux indices : des bouteilles de plastiques fondues et des morceaux de métal. A proximité du bar, par terre, une bouteille contenant un produit chimique corrosif et un rouleau de papier d'emballage alimentaire sont ramassés. C'est sur ces objets que les spécialistes de Lille retrouveront une empreinte.

Reconnu sur photo

C'est donc plus d'un an après les explosions, que les policiers retournent, à Darnétal, voir le couple qui tient le Carnot. Le patron, sa femme et leur fille reconnaissent l'homme qui est sur la photo  présentée. C'est bien ce client là qui a fait un scandale et promis de "faire péter" le magasin.  Avec cette confirmation, et maintenant que les policiers de la brigade criminelle ont son identité, le suspect est convoqué à l'hôtel de police de Rouen le 5 janvier 2016.
Mais le mis en cause (un jeune homme  de 19 ans habitant Darnétal) ne se présente pas...

"Très en colère"

Il est alors recherché, interpellé et placé en garde à vue hier, mercredi 13 janvier. Auditionné, il ne va tarder à reconnaître les faits, faits qu'il explique parce qu'il était "très en colère" . Un officier de l'état major de la Direction Départementale de la Sécurité Publique de Seine-Maritime (DDSP 76) précisait ce matin à la rédaction de France 3 Normandie que le jeune homme, juste après son altercation verbale dans le bar-tabac, était allé acheter du matériel pour confectionner des engins explosifs.

Après un essai (réussi) dans le jardin de la mairie de Darnétal il a, avec des bouteilles, préparé cinq bombes et s'est dirigé rue Sadi Carnot. Là il a lancé quatre engins devant le bar-tabac et un à l'intérieur.

Présenté à la justice, il a été déféré le 13 janvier, puis placé sous contrôle judiciaire. Il est convoqué au tribunal le 19 février prochain pour "violence volontaire avec arme avec préméditation".
les + lus
les + partagés