Le violeur belge Frank Van den Bleeken ne sera finalement pas euthanasié

Frank Van Den Bleeken dans sa cellule. / © Capture d'écran VTM
Frank Van Den Bleeken dans sa cellule. / © Capture d'écran VTM

Le violeur et meurtrier belge, Franck Van Den Bleeken, ne sera finalement pas euthanasié dimanche prochain, comme il en avait exprimé le souhait, a annoncé ce mardi le Ministre belge de la Justice.

Par YF avec AFP

Les médecins du violeur et meurtrier belge Frank Van Den Bleeken, ont "décidé de ne plus continuer la procédure d'euthanasie" qui devait intervenir dimanche, a annoncé mardi le Ministre belge de la Justice, Koen Geens. Le détenu, qui a passé les trente dernières années en prison après de multiples condamnations pour viol et un assassinat, demandait depuis longtemps à être autorisé à mourir pour des "motifs psychologiques", comme la loi belge le permet depuis 2002. Samedi, un porte-parole du ministère de la Justice avait annoncé qu'il serait euthanasié ce dimanche dans une prison de Bruges.  

Finalement, Frank Van Den Bleeken sera transféré à Gand dans un centre psychiatrique en vue de bénéficier d'un "traitement approprié", a déclaré le Ministre belge de la Justice, dans un communiqué. Selon le journal flamand Het Nieuwsblad, il pourrait ensuite être transféré aux Pays-Bas dans un centre spécialisé dans les longs séjours pour malades psychiatriques incurables. L'an dernier, son avocat avait cité le Ministère de la Justice en référé pour obtenir un transfert vers cette institution néerlandaise, mais l'extradition aux Pays-Bas avait été refusée. Cette fois, il semble qu'un accord soit intervenu entre les autorités belges et néerlandaises.

L'annonce de sa possible euthanasie avait suscité de vives réactions en Belgique. "L'Etat semble promouvoir une forme de peine de mort déguisée", s'était indignée la Ligue des Droits de l'Homme (LDH). Mais la plus virulente avait été celle d'une des soeurs de Christiane Remacle, une jeune femme de 19 ans tuée et violée en 1989 par Frank Van Den Bleeken. "Des commissions, des médecins, des experts se penchent depuis si longtemps sur le sort du meurtrier de notre sœur. Par contre, pendant toutes ces années, aucune commission ne s'est souciée de nous ou de nos parents. Aucun médecin nous a demandé comment nous allions. Et après, nous entendons par l'entremise de son avocat à quel point il souffre. Et bien, nous souffrons encore aussi ! La décision de la justice (d'euthanasier Frank Van Den Bleeken NDR) est incompréhensible. Qu'il croupisse là où il est", avait-elle déclaré en septembre à Het Laaste Nieuws, à l'annonce de sa possible euthanasie.

Sur le même sujet

À Calais, un bailleur social généralise les gardiens assermentés

Près de chez vous

Les + Lus