Le LOSC et Mouscron, c'est fini

Une page se tourne à Mouscron. / © MaxPPP
Une page se tourne à Mouscron. / © MaxPPP

Selon Sudinfo, le LOSC n'est plus actionnaire du club belge du Royal Mouscron Peruwelz (RMP). Les Dogues ont cédé leurs parts aux dirigeants mouscronnois.  

Par YF

Selon le site belge Sudinfo.be, c'est désormais fini entre le LOSC et le RMP. Les Dogues ont cédé aux dirigeants mouscronnois les 51% de parts qu'ils détenaient dans le club. 

Le partenariat entre le LOSC et le Royal Mouscron Péruwelz aura duré 3 ans et demi. Les deux clubs se sont associés en novembre 2011, lorsque le RMP évoluait en 3e division. Lille en est devenu l'actionnaire majoritaire l'année suivante. Mouscron a pu bénéficier ainsi du renfort de joueurs lillois, issus de la réserve ou du centre de formation, et profiter des installations du centre d'entraînement de Luchin. Un partenariat gagnant qui a permis aux "Hurlus" de remonter en première division belge cette saison. Mais l'arrivée de l'homme d'affaires belge Marc Coucke dans le capital du LOSC a provoqué la fin accélérée de cette belle histoire. En effet, celui-ci possède déjà en Belgique le club d'Ostende. S'il venait à accroître ses parts jusqu'à devenir le nouvel actionnaire majoritaire des Dogues, il deviendrait aussi, indirectement, le propriétaire de Mouscron. Or le règlement du championnat belge interdit à un même actionnaire de détenir deux clubs dans la même compétition.

Cédé à un club anglais ?

Pour permettre à Marc Coucke d'augmenter son investissement à Lille, le LOSC n'avait pas d'autre choix que de se séparer de Mouscron. Après l'échec de la vente à d'obscurs investisseurs prétendument soutenus par le sultanat d'Oman, une autre solution a finalement été trouvée. Selon la Dernière Heure, le président du RMP, Edward Van Daele, a obtenu le soutien financier d'entrepreneurs locaux qui sont parvenus à réunir 750 000 euros pour racheter les parts du LOSC. Ces parts pourraient être cédées prochainement à un nouvel investisseur, qui pourrait être un club de football anglais dont le nom n'a pas encore été divulgué. "Il s'agit d'une offre pour que l'investisseur devienne actionnaire majoritaire large", a expliqué le président mouscronnois au journal belge. "Donc il reprendrait plus que les 51% du LOSC. Mais notre actionnariat minoritaire mouscronnois conserverait ses droits de blocage (respect de l'ancrage local, de l'utilisation des infrastructures,...) comme c'était le cas avec le LOSC". "D’ici le 15 avril, nous devons acter l’arrivée d’un nouveau partenaire, débusqué par les dirigeants lillois", a ajouté Yves Dekegeleer, administrateur du club, sur la chaîne locale NoTélé. "Il s’agirait d’un club qui voudrait acquérir 90% des actions du RMP. Cela serait la suite logique de notre rachat mouscronnois des parts du LOSC dans le club"

Pour le RMP, le temps presse. Si le club est assuré sportivement de son maintien en première division, ses dirigeants ont rendez-vous ce mercredi à la commission des licences de l'Union Belge. La semaine dernière, Mouscron a en effet appris que sa licence pour évoluer en Pro League la saison prochaine ne lui avait toujours pas été délivrée, la fédération exigeant davantage de garanties. Sans ce précieux sésame, le RMP serait rétrogradé directement en 3e division.   

A lire aussi

Sur le même sujet

Longuenesse : un détenu retrouvé mort dans l'incendie de la maison d'arrêt

Près de chez vous

Les + Lus