Adélaïde noyée à Berck-sur-mer : Fabienne Kabou fait appel

Fabienne Kabou (croquis d'audience). / © BENOIT PEYRUCQ / AFP
Fabienne Kabou (croquis d'audience). / © BENOIT PEYRUCQ / AFP

Fabienne Kabou, qui a tué sa fille Adélaïde à Berck, sera rejugée devant une cour d'Assises.

Par @F3nord

Fabienne Kabou, 39 ans, a été condamnée à vingt ans de prison vendredi dernier pour avoir noyé sa fille de 15 mois sur une plage de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), en 201. Elle a interjeté appel, selon Le Figaro. Elle sera donc rejugée, par une autre cour d'Assises, à une date inconnue pour le moment. 

Un verdict "effrayant" pour une femme "malade", avait déclaré son son avocate, Me Fabienne Roy-Nansion, à l'issue d'un procès de cinq jours aux assises du Pas-de-Calais, à Saint-Omer. Elle avait annoncé qu'elle "envisageait de faire appel".

Dix-huit ans avaient été requis par l'avocat général Luc Frémiot. Paradoxalement, les parties civiles avaient également jugé la condamnatuion trop lourde : "On envoie cette femme qui a commis un acte criminel pendant 20 ans en prison alors que nous savons qu'il s'agit d'une grande malade mentale", avait déclaré Me Christian Saint-Palais, avocat de Michel Lafon, le père de la fillette.

La cour d'assises, qui avait retenu "l'altération" du discernement de l'accusée, avait condamné Fabienne Kabou pour assassinat et ordonné un suivi psycho-judiciaire de dix ans avec injonction de soins. Si cette circonstance atténuante n'avait pas été retenue, "on était sur une peine de trente ans", avait  estimé Me Fabienne Roy-Nansion. "Pourquoi Adélaïde est-elle morte? Parce que sa mère est folle", avait plaidé devant la cour l'avocate de la défense, lors de sa plaidoirie.

Sur le même sujet

Métropole lilloise : un très important trafic de cocaïne et d'héroïne démantelé

Près de chez vous

Les + Lus