Concours photo, web-série : quand la police dénonce avec humour ses conditions de travail

Féthi Saïdi, créateur de la web-série "Ma vie de flic" / © France 3 Hauts-de-France
Féthi Saïdi, créateur de la web-série "Ma vie de flic" / © France 3 Hauts-de-France

Par France 3 Hauts-de-France

Infiltrations, saleté, locaux vétustes... Toutes ces images ont été prises dans des commissariats du Nord-Pas-de-Calais et elles font l'objet... d'un concours photo.

Des commissariats aux équipements vétustes, dans le Nord et le Pas-de-Calais / © France 3 Hauts-de-France
Des commissariats aux équipements vétustes, dans le Nord et le Pas-de-Calais / © France 3 Hauts-de-France

"Matériel d'un autre siècle"


A l'origine de la démarche, le syndicat Union des Policiers Nationaux Indépendants (UPNI). Pour ce concours intitulé "Le quotidien du policier", les fonctionnaires de police ont jusqu'au 10 septembre pour faire parvenir leurs photos.

Le but est de dénoncer les conditions de travail dégradées dans lesquelles il exercent au quotidien. 

La plaquette du concours photo parodique lancée par l'UPNI / © France 3 Hauts-de-France
La plaquette du concours photo parodique lancée par l'UPNI / © France 3 Hauts-de-France


"Quand on parle avec les collègues, c’est : "on peut rien y faire",  "on le dit mais ça change rien"... Y’a une certaine lassitude. Certains collègues viennent travailler pour avoir un salaire, la passion est moins présente." regrette ce fonctionnaire de police qui a accepté de témoigner anonymement. 
 

Une web-série en renfort

"C'est la vérité tout simplement, c'est ça qu'il se passe"



Autre initiative pour dénoncer les conditions de travail, "Ma vie de flic", une web-série, réalisée par Féthi Saïdi, un jeune acteur de 25 ans.

Les épisodes illustrent avec humour le quotidien des policiers. Plus de 60 000 vues sur les réseaux sociaux, le registre de l'humour a l'air de fonctionner.

"Ça a touché tout le monde, estime le jeune réalisateur. J’ai même des jeunes de cité qui m’ont dit : "C'est trop bien !", parce que on représente les deux côtés, sans ridiculiser l’un ou l'autre. ça reste crédible, concret. C'est la vérité tout simplement !"

Suite de la série dès la semaine prochaine.

Sur le même sujet

Deûlémont : un boulanger a décidé de revenir dans le village... et ça marche !

Près de chez vous

Les + Lus