© MaxPPP
© MaxPPP

La journée européenne de l'obésité a lieu le 19 mai. 

Par Stéphanie Maccioni, diététicienne à l'Institut Pasteur de Lille

Vous vous dîtes sans doute qu’une personne est obèse parce qu’elle mange trop et qu’elle ne fait pas assez d’exercice. Les personnes qui n’ont pas ce problème de poids imaginent souvent que si des gens sont obèses c’est de leur faute et que le traitement est simple : manger moins et bouger plus. Cela paraît logique, mais c’est beaucoup plus complexe que cela.

Que se passe-t-il lorsqu’une personne obèse décide de maigrir ?

Il faut savoir que l’obésité est avant tout une maladie du tissus adipeux, c’est-à-dire les tissus où l’on stocke ses réserves de graisses. Ce tissu adipeux fabrique des hormones qui participent à la régulation de l’appétit et de la satiété*. Lorsque les cellules de graisse d’un individu diminuent, les messages envoyés par ses hormones au cerveau sont perturbés et l’organisme cherche à récupérer les graisses perdues. Ces personnes ont davantage faim et brûlent moins de calories pour un même effort.


Les causes de l’obésité sont multiples. Evidemment, il y a le fait qu’à un moment donné de la vie, il y a eu plus de calories mangées que de calories dépensées. Mais il peut y avoir également un phénomène de stress qui perturbe les systèmes hormonaux et emmagasine davantage de calories, un manque ou un mauvais sommeil participent à une prise de poids, la qualité de l’alimentation, mais aussi la qualité de la flore intestinale (le microbiote*).


L'obésité est une maladie... Dans certains cas, la chirurgie de l’estomac peut être proposée


Comment aider ces personnes qui souffrent de leur poids ?

L’obésité est une maladie. Et répéter aux personnes qui en souffrent que « c’est de leur faute » est contreproductif. Seules, elles peuvent difficilement lutter contre sa maladie.

Se faire aider par des professionnels sur chacun des facteurs qui influencent l’obésité :
- Bouger davantage mais pas n’importe comment au risque de créer d’autres problèmes de santé.
- Revoir certaines habitudes alimentaires de façon durable sans risquer non plus de perdre du muscle et de se dénutrir, d’améliorer sa flore intestinale et de retravailler sur les sensations de faim et de satiété. Sans créer de grande frustration.
- Se faire aider sur le stress et le sommeil par différentes méthodes (aide médicale, psychologique et/ou sociale, activité artistique ou sportive, relaxation, sophrologie, hypnose…)
Se faire aider et encourager par son entourage également car changer certaines habitudes de vie demande parfois de changer les habitudes de toute une famille.

Dans certains cas, la chirurgie de l’estomac peut être proposée. Même si cette pratique a montré ses preuves, ce n’est pas pour autant une solution miraculeuse qui règlera tous les problèmes. Chaque personne est un cas particulier et cette aide n’est pas adaptée pour tous.
Il existe dans la région des centres spécialisés dans la prise en charge de l’obésité où on y rencontre différents spécialistes qui abordent chaque facette de cette maladie.

L’une des meilleures aides que l’on peut apporter à ces personnes est également d’arrêter de les juger au premier regard : celles-ci ont peut-être déjà perdu énormément de poids (30, 50, voire 80kg) et elles ont peut-être une meilleure alimentation que la vôtre et une activité physique plus régulière.

*chronique sur la satiété : 24 novembre 2016. Chronique sur le microbiote intestinal : 26 janvier 2017.

A lire aussi

INA - Reportage du 16 octobre 1986 sur la présentation de l'entreprise