La 21ème gaypride de Lille sous le signe de la lutte

La Marche des fiertés a réuni 6500 personnes à Lille, selon la police.

Par France 3 Nord-Pas-de-Calais

On appelle ça la Marche des fiertés, et cette année elle se déroule dans une atmosphère très particulière : celle des attentats qui ont marqué la France en janvier et novembre dernier. "Nous, personnes LGBTI, sommes avant tout des citoyenNEs, conscientEs de vivre une période très compliquée et délicate. Ces moments troublés, nous, personnes LGBTI, les subissons de plein fouet, puisque nous sommes l’une des cibles des intégristes. Cependant, même s’il est évident que la vigilance s’impose à touTEs, il n’est pas question pour nous, personnes et militantEs LGBTI, de céder aux extrémismes, d’où qu’ils viennent." écrit l’association LGP Lille sur son site internet.

Le mouvement veut s’inscrire dans un combat plus global, celui des droits humains quels qu’ils soient. Le village des associations installé sur la Place de la République en témoigne. L’association féministe "Lille sans relou" y a par exemple été conviée. Sur la scène, des élu(e)s ont pu s’exprimer, ainsi que des associations et des syndicats.

Toujours une fête

Jean-Luc Roméro, parrain de cette gay pride, considère que le combat n’est pas terminé : "Il ne faut pas oublier les lesbiennes, donc il faut la PMA." La Procréation Médicale Assitée pour les femmes homosexuelles était une promesse de campagne de François Hollande, avant que la forte contestation autour du mariage pour tous ne la fasse vaciller.

Mais cette journée est avant tout une fête, bulles, drapeaux aux couleurs vives et rires éclatants. Les jeunes venus ici veulent "faire la fête, profiter !" Comme chaque année, des personnes de tous genres et de toutes orientations les ont accompagnés.

 

Sur le même sujet

On a retrouvé un vitrail à l'effigie de Mamadou N'Diaye, guérisseur et figure historique de Roubaix

Près de chez vous

Les + Lus