Le MAS, groupuscule néo-fasciste, s'affiche avec le collectif anti-migrants des “Calaisiens en Colère”

Des militants du MAS, dimanche dernier, lors d'une manifestation des "Calaisiens en Colère". / © Page Facebook des "Calaisiens en Colère"
Des militants du MAS, dimanche dernier, lors d'une manifestation des "Calaisiens en Colère". / © Page Facebook des "Calaisiens en Colère"

Des militants d'un groupuscule néo-fasciste, le Mouvement d'Action-Sociale, se sont affichés dimanche dernier aux côtés du collectif des "Calaisiens en Colère" lors d'une manifestation de soutien aux riverains de la "Jungle" de Calais, où vivent plus de 4000 migrants.

Par @f3nord

La photo a été postée dimanche sur le compte Facebook des "Calaisiens en Colère", un collectif qui se présente comme "apolitique" et qui dénonce depuis plusieurs mois "l'insécurité due aux migrants" en publiant régulièrement des photos et nombreuses vidéos. Elle a été prise lors d'une manifestation de soutien aux habitants de la route de Gravelines et du chemin des Dunes qui vivent en bordure de la "Jungle" de Calais, le bidonville où vivent actuellement plus de 4000 migrants selon les chiffres officiels. 

On y voit des militants du Mouvement d'Action Sociale (MAS) brandissant des pancartes avec des slogans tels que "Politiciens, banquiers, syndicalistes, grands patrons financiers... Tous complices, Tous pourris" ou "Immigration arme du Capital". Ce groupuscule d'extrême-droite, proche des néo-fascistes italiens de CasaPound, a pour emblème la fourmi. "La fourmi est le symbole de la Nature, de l'Organique", peut-on lire sur leur site internet. "Ce "travail de fourmi", d'abord peu visible, déploie progressivement sa force et modifie le réel environnant". 

En meeting le 22 novembre dernier avec les néo-nazis grecs d'Aube Dorée

"Nous ne sommes pas les derniers survivants d'un monde qui s'éteint, mais l'avant-garde d'un nouvel ordre qui vient !", explique le MAS qui dit rejeter "le "jeu démocratique" électoral de toute façon fermé". "Il nous faut donc reprendre le pouvoir par le bas en libérant de nouveaux espaces d'autonomie créative et conquérante", annonce-t-il. Le groupuscule prône "l'enracinement" qui "s’oppose au cosmopolitisme, aux métissages culturels et au chaos ethnique de la civilisation actuelle car l’authentique a ses racines et sa vérité". Il désigne l'Europe comme "notre Grande Patrie, la patrie spirituelle, ethnique, civilisationnelle et géopolitique qui englobe nos diverses petites patries charnelle et historiques dans une symphonie des appartenances". 

Le 22 novembre, le MAS a fait meeting commun à Nanterre, en région parisienne, avec le GUD, les néo-nazis grecs d'Aube Dorée ou encore les néo-fascistes de CasaPound. Un meeting, où on vendait, selon L'Obs et Rue89, des posters d'Adolf Hitler reprenant le slogan "Yes we can" ("Oui, on peut"). Le représentant du MAS, Arnaud de Robert, s'est exprimé ce jour là à la tribune avec des propos hostiles aux forces de l'ordre qu'il appelle "les forces du désordre". "Je ne crois pas à cette jolie histoire poussée par le pouvoir de l’islam qui serait l’ennemi absolu", a-t-il déclaré. "Non, je ne le crois pas. C’est un instrument, un instrument majeur de l’oligarchie pour nous détruire, ça c’est sûr. C’est certain. Pour nous remplacer, pour détruire l’ensemble des peuples européens.". Pour lui, il n'y a pas d'alternative entre "soit triompher, soit tout simplement disparaître en tant que civilisation, en tant que culture, en tant que peuple, en tant que race !

Un discours bien éloigné de l'"apolitisme" revendiqué par les "Calaisiens en Colère".

Sur le même sujet

Tugny-et-Pont (02) : refuge pour les pèlerins

Près de chez vous

Les + Lus