Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Législatives 2017 - Les mots politiques : l'assistant parlementaire

© France 3 HDF
© France 3 HDF

Durant la campagne présidentielle, le terme "assistant parlemantaire" a largement fait la Une. Mais à quoi sert-il ? Dans quelles conditions est-il embauché ? Qui est son patron et qui le paye ? Assistant parlementaire, c'est le mot politique du jour.

Par Jennifer Alberts


Assistant parlementaire, groupe nominal désignant l'aide de camp d'un député ou d'un sénateur
En France, un parlementaire a le droit d'embaucher jusqu'à 5 assistants en CDD ou en CDI.

Pour les assistants des députés, c'est l'Assemblée Nationale qui paie...enfin indirectement... puisqu'elle donne à chaque député un « crédit collaborateur » pour qu'il puisse embaucher ses assistants...donc, ça revient au même...

En plus, c'est elle qui paie les charges patronales...c'est bien ce que je dis : ça revient au même...




Chaque député a droit à 9.561 euros (c'est précis!!) par mois pour payer ce bras droit...et gauche. Car l'assistant parlementaire est un mélange de secrétaire particulier, d'attaché de presse, de scribe et de tête pensante : il répond au courrier, rédige des discours, des notes (j'ai déjà entendu ça quelque part...) et gère l'agenda. Ca doit savoir faire beaucoup de choses un assistant parlementaire.

Souvent, un parlementaire a 2 collaborateurs: un dans sa circonscription et un à Paris. L'assistant parlementaire peut sans problème être un membre de la famille de l'élu.

Mais ça, il paraît que c'était avant...

 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

La maison d'Aurélie

Près de chez vous

Les + Lus