Les livres picards à emporter sur la plage cet été

Photo d'illustration. / © AltoPress / Maxppp
Photo d'illustration. / © AltoPress / Maxppp

C'est l'été, les vacances, enfin la détente ! Avec la complicité de libraires de la région, nous vous avons concocté une petite sélection des livres à lire sur la plage, exclusivement écrits par des auteurs picards. 

Par Romane Idres

A la plage, dans le train, en voiture, dans un parc ou au bord d'une piscine... En été, on a enfin le temps de lire ! Lire, oui, mais pas n'importe quoi. Vous préférez consommer local ? Tant mieux : on vous dit tous sur les derniers hits littéraires picards sortis cette année.

Quai des luttes, Léo Lapointe


1919, Noyelles-sur-Mer. Un gang de malfrats chinois va semer la terreur dans la campagne picarde en multipliant les cambriolages et les meurtres. 

Pour écrire ce polar historique, il aura fallu à Léo Lapointe deux ans de recherches dans les archives militaires et les journaux de l'époque. Gilles de la librairie Cognet à Saint-Quentin, parle de "fresque romanesque, très intéressante à lire pendant les vacances.

Pôle Nord Editions, 12,50 euros.

Le Trésor perdu des Rothschild, Jean-Christophe Macquet


Autre roman policier historique dont l'intrigue se tient à Berck, à l'époque de la Commune, quand la station devient de plus en plus balnéaire. "Ca se lit très vite, très facilement", d'après Gilles. Il conseille d'ailleurs toute la collection Belle Epoque des éditions Pôle Nord, une série de polars qui se déroulent dans les stations balnéaires de la côte picarde. "C'est idéal pour les vacances ! Ce sont des romans populaires, de la littérature sans prétention mais bien écrite." Parfait si vous bouquinez tout en gardant un oeil sur les enfants qui jouent dans le sable, en somme. 

Pôle Nord Editions, 10 euros.

Du côté de chez Moineau, Philippe Crognier


L'auteur saint-quentinois nous embarque dans le Paris des années 60, ambiance cabaret de la rive gauche. "C'est sympa, on y croise des personnages connus comme Jacques Prévert, Georges Brassens ou Lino Ventura.", d'après Gilles. "L'intrigue policière est assez légère, elle sert surtout de prétexte pour nous parler de cette époque et cet univers." A dévorer sans hésiter.

Editions Ravet-Anceau, 13 euros.

Dernière marée, Béatrice de Lavalette


Un crime sanglant amène un inspecteur à se plonger dans le passé trouble d'un jeune homme. Dans le même temps, un couple de Parisiens est pris en otage alors qu'il part en vacances dans la baie de Somme... Saint-Valéry et la pointe du Hourdel deviennent le théâtre d'un polar sombre et exaltant. "On a beaucoup de retours de clients qui ont adoré !", d'après Pauline de Stu[dio] Livres à Abbeville. 

Editions Ravet-Anceau, 13 euros. 



Adrienne Bolland, de Tristan Robert

Extrait d'"Adrienne Bolland", A Contresens Editions. / © Tristan Robert
Extrait d'"Adrienne Bolland", A Contresens Editions. / © Tristan Robert


Voilà qui va plaire aux amateurs de BD ! Le dessinateur amiénois propose de retracer l'histoire de l'aviatrice Adrienne Bolland, première pilote à traverser la Manche depuis la France. Un hommage à cette grande dame, et à la Baie de Somme. "On voit la différence avec ses précédents albums, son dessin s'est amélioré, c'est très intéressant", nous dit Pauline. 

A Contresens Editions, 14 euros.

Pierre papier chicon, la première revue BD picarde


Le premier numéro est sorti en mars et le deuxième en mai : c'est la petite nouveauté des libraires picards et jusqu'ici, ça part comme des petits pains. Idéal pour ceux qui se lassent vite, et veulent profiter de différentes histoires ou changer de style de dessin d'une page à l'autre. Les auteurs, reconnus ou débutants, sont tous picards et parlent de la Picardie. Un moyen d'apprendre et de découvrir plein de choses sur l'histoire et la culture de la région, en passant un bon moment. 

7,50 euros par numéro. 

Je me souviens d'Amiens, Jean-Louis Crimon 


L'auteur aux multiples casquettes, d'abord professeur de philo puis journaliste localier et envoyé spécial à Copenhague, a passé des années à Amiens. Avec douceur et nostalgie, il raconte la ville et dresse son autoportrait en même temps. A lire par petits bouts, entre deux bains de mer ou deux gorgées de bière, il propose 480 pensées, comme celle-ci : "Je me souviens avoir un jour écrit : "Bien sûr, il va pleuvoir, cette ville sans quelques averses, vaudrait-elle la peine que tu la traverses ? "

Le Castor Astral, 10 euros. 

Sur le même sujet

L'eau non potable à Oursel-Maison

Près de chez vous

Les + Lus