Portrait. Il y a bientôt 80 ans, Modeste Swamberghe participait à l'opération Dynamo de Dunkerque

Modeste Swamberghe raconte les terribles heures de l'opération Dynamo. / © @F3Nord
Modeste Swamberghe raconte les terribles heures de l'opération Dynamo. / © @F3Nord

A Armentières, le vétéran de l'opération Dynamo Modeste Swamberghe n'a rien oublié de ce qui s'est passé à Dunkerque en 1940. Témoignage. 

Par Jeanne Blanquart

Il n'a rien oublié. A 99 ans, Modeste Swamberghe raconte très souvent à ses proches les heures terribles qu'il a vécues à Dunkerque en juin 1940, lors de l'opération Dynamo. 

Portrait. Il y a bientôt 70 ans, Modeste Swamberghe participait à l'opération Dynamo de Dunkerque
>> Un reportage de Claire Chevalier, Patrick Duluc et Rémy Maucort.

"Je suis arrivé sur la jetée de Dunkerque, dans les dunes. Alors, là, c'était les stukas, les avions stukas, qui descendaient, qui bombardaient avec leurs sirènes. Ils marchaient à tout casser pour nous effrayer, nous faire peur... Et puis mitraillaient les bateaux", raconte Modeste Swamberghe.

Modeste a alors 22 ans. Avec ses frères d'armes, il a reçu l'ordre de rejoindre Dunkerque où il se retrouve livré à lui-même. Pris au piège. Au milieu des troupes françaises et britanniques qui fuient et embarquent sur les bateaux venus les secourir.

"Dunkerque c'était l'enfer. Moi, je me suis présenté sur la plage avec un officier français, ou un sous-officier, je ne sais plus, qui empêchait les soldats de sauter dans une barque", poursuit-il. "On pouvait y être au moins une vingtaine alors qu'elle ne contenait que 10 hommes. Moi, je ne savais pas nager, alors j'ai dit j'aime autant retourner au combat plutôt que d'être noyé. Alors j'ai regagné la jetée de Dunkerque et là, tout le pétrole qu'il y avait à Dunkerque brûlait."


L'arrivée en Angleterre


"Moi j'ai été pris en pleine nuit. Malgré le fait que tout brûlait, il faisait quand même noir. Mais il y a quelqu'un qui m'a pris et qui m'a mis dans un bateau de pêche anglais, des petits bateaux de pêche. Il n'y avait personne, ils auraient pu sauver beaucoup de gens, mais ils ne savaient pas... Ce n''était pas organisé, la débâcle, c'était chacun pour soi… J'ai gagné l'Angleterre comme ça."

Dans les dunes, à ce moment, ils sont nombreux à attendre. "C'était plein… des tas de prisonniers, qui n'ont pas réussi comme moi à partir."

10 jours après son arrivée en Angleterre, Modeste a été renvoyé en France, à Cherbourg. Il réussi à rejoindre le Nord par ses propres moyens. Quelques mois plus tard, il sera otage des Allemands.

Aujourd'hui encore, il pense souvent à ceux qu'il a croisés et qui ne sont pas rentrés chez eux… Et lui n'est jamais retourné à Dunkerque. 


Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

A Lille ou à Roubaix, le constat n'est pas le même

Près de chez vous

Les + Lus