Quaëdypre : deux jours après la décision du tribunal, les employés de TIM pensent à l'avenir

Les salariés soulagés après l'annonce du tribunal de commerce. / © MAXPPP
Les salariés soulagés après l'annonce du tribunal de commerce. / © MAXPPP

Deux jours après l'annonce de la reprise de Tim par le bulgare Fil Filipov, les employés de l'entreprise balaient les traces de la lutte pour reprendre, soulagés, le travail. 

Par Jeanne Blanquart

Heureux de se retrouver au travail : après 6 mois d'incertitude, les ouvriers de TIM regagnent avec légèreté leur quotidien. "On est vraiment rassurés et on met un peu plus de coeur à l'ouvrage qu'hier", souffle un employé. "C'est un grand soulagement de revenir au travail, un grand plaisir qu'on avait perdu depuis au moins 2 ans", avance un autre. 

Deux jours après la décision du tribunal de commerce, une petite centaine de salariés ont répondu présents dans l'usine. Certains ont même écourté leurs vacances. "Je me suis porté volontaire pour reporter mes congés, pour continuer à fournir les clients, pour dire de faire perdre le moins d'argent possible à l'entreprise", explique un salarié. 

Quaëdypre : deux jours après la décision du tribunal, les employés de TIM pensent à l'avenir
>> Un reportage de Mathilde KACZKOWSKI, Bruno ESPALIEU.


Revenir à la normale


Perdre le moins possible et revenir doucement à une production normale : 160 cabines par jour, c'est le triple de la fabrication quotidienne ces derniers mois. Dans les allées le soulagement de voir l'activité reprendre est bien réel. "Ca veut dire que demain je vais me lever pour aller bosser et garder mon salaire. On sait très bien que le travail se fait rare ici, sur la région de Dunkerque...", souffle Christophe Fournier, délégué syndical FO et délégué du personnel.



Garder son emploi en repartant sur de bonnes bases : devant l'usine, les stigmates de la dernière grève disparaissent. "Tout le monde s'organise, tout le monde met la main à la pâte", précise un salarié. "Ca fait du bien, c'est un redémarrage pour le futur, pour donner une bonne impression au nouveau patron", sourit un autre.

L'arrivée du repreneur bulgare est proche. Fil Filipov va venir à la rencontre des salariés dès lundi. Il a pour objectif de quasiment doubler le chiffre d'affaire de l'entreprise.


A lire aussi

Sur le même sujet

A Lille ou à Roubaix, le constat n'est pas le même

Près de chez vous

Les + Lus