Lille - Caen : le LOSC peine à déclencher l'effet Bielsa

Le Lillois Nicolas Pepe (Gauche) face au défenseur de Caen Alexander Djiku. / © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Le Lillois Nicolas Pepe (Gauche) face au défenseur de Caen Alexander Djiku. / © PHILIPPE HUGUEN / AFP

Nouvelle défaite du LOSC ce dimanche, cette fois à domicile au Stade Pierre-Mauroy.

Par France 3 Hauts-de-France

0 - 2 , c’est une nouvelle déconvenue pour Marcelo Bielsa, le nouvel entraîneur du Losc. Le club lillois avait brillé contre Nantes lors de la première journée de Ligue 1, avec un 3 - 0, peut-être annonciateur d'un "effet Bielsa". Une promesse nuancée par la contre-performance contre Strasbourg, avec un assez laid 0 - 3. 

Mais les Lillois, qui disputaient à 15 heures le match contre Caen, n'ont pas réussi à briller chez eux au stade Pierre Mauroy. 

Un avant-match paisible


Dévoilée peu avant le match, la composition de l’équipe a stressé les supporters, pour la plupart regardants quant à l'absence de Nicolas de Préville, relégué sur le banc. 

Avec 12 victoires sur les 13 précédentes rencontres contre Caen, l'effectif lillois n'est pas spécialement sous pression mais sait qu'il doit rester concentré. 

0 - 1 : en un éclair


Le premier but du match est inscrit dès la 5ème minute de jeu par Caen.

Damien Da Silva, qui évolue comme défenseur central, marque de la tête sur un corner de Bazile. C'est ce qu'on appelle une belle entrée en matière pour l'adversaire des Lillois. 
 


Mais le Losc se fait fort de maintenir la pression sur son challenger. 

Sur les réseaux sociaux, ça chambre gentiment Bielsa sur son passif face à Caen. 
 

 

"Au moins, ça joue"


Des erreurs techniques font crépiter le jeu du Losc, et les lillois manquent des occasions. Reste leur entrain dans le jeu, qui donne chaud au SM Caen. 


Caen est mis en difficulté par deux changements successifs :  à dix minutes d'intervalle, Hervé Bazile puis Vincent Bessat se blessent et doivent quitter le terrain.
 


Une série noire qui se confirme avec un carton jaune pour Damien Da Silva, auteur d'une main volontaire. 

Pour autant, les Dogues n'arrivent pas à mettre la pression sur Caen et le rythme de la rencontre s'en ressent. Thiago Maia, très attendu, reste maladroit et perd énormément de balles. 
 

A la mi-temps, le score n'a pas bougé.

Après la mi-temps, la frustration monte


Début de la seconde période et premier changement Lillois : Bielsa fait entrer l'attendu Nicolas de Préville et ramène Araujo sur le banc.


Le Losc court et le public soutient, mais les Dogues ne parviennent pas à pousser vers l'égalisation. Marcelo Bielsa tourne en rond sur le banc, finit par faire sortir Thiago Maia et entrer Imed Faraj.

Pendant ce temps-là, les cartons jaunes pleuvent sur le Losc : pour Pépé, à la 64ème minute ; pour Amadou à la 66ème minute, puis pour Bissouma à la 68ème. N'en jetez plus. 

0 - 2 : le coup dur 

L'équipe lilloise peine à revenir au score, Caen décide d'enfoncer le clou. A la 69ème minute, Ivan "le terrible" Santini prend les rênes et inscrit le deuxième but de la rencontre. 


De guerre lasse, Marcelo Bielsa fait entrer Ezequiel Ponce au détriment de Fodé Ballo-Touré. 

Le match est ultra frustrant pour le Losc qui joue dur et tire beaucoup. Nicolas de Préville fait chauffer la défense de Caen, mais l'ensemble manque de précision et l'équipe ne sait pas transformer ses bonnes intentions. 

Au final, le Losc aura réalisée une performance en dents de scie. L'assemblement de joueurs peu habitués à travailler ensemble s'est fait sentir, on attendra plus d'homogénéité à l'avenir. 

 


Bielsa, déçu mais stoïque


L'entraîneur Marcelo Bielsa a donné, à la suite du match, une conférence de presse pour livrer son sentiment sur la rencontre. 

"Ce match nous amène des doutes. J'ai conscience du niveau qu'a montré l'équipe que je dirige", a concédé "El Loco" après la rencontre. "Bien entendu, cela m'inquiète", a-t-il ajouté.

Il a pris sur lui la responsabilité de la défaite, déclarant également : "Nous nous attendions à ce genre de match mais les solutions que j'ai proposées
n'ont pas été à la hauteur
".

Sur le même sujet

LONG FORMAT : Les infrastructures de transport picardes

Près de chez vous

Les + Lus