Lille : faut-il encadrer les loyers des locaux commerciaux ?

La hausse des loyer est pointée comme une cause de la fermeture des commerces. / © France 3 Hauts-de-France
La hausse des loyer est pointée comme une cause de la fermeture des commerces. / © France 3 Hauts-de-France

La maire de Lille, Martine Aubry, réclame un encadrement pour éviter la flambée des prix. 

Par France 3 Hauts-de-France

Des commerces à vendre ou à louer, des magasins vides qui ont définitivement baissé le rideau, des boutiques qui changent de secteur... Il y en a beaucoup dans le Vieux Lille.

Une des causes serait une hausse des loyers. Près de 2 000 euros par mois dans la rue de la Monnaie, pour une modeste échoppe. Dix fois plus dans les rues Lepelletier et Grande Chaussée, les plus chères.

Dans le vieux Lille, plusieurs boutiques ont baissé le rideau.


Un abus bien connu


Un danger, pour la maire de Lille Martine Aubry, qui réclame une loi d'encadrement.

"Les encadrer, ça veut dire interdire un certain nombre d’augmentations au moment des renouvellements, mais aussi vérifier le prix par rapport à un loyer normal dans une ville comme la nôtre."

Cette augmentation, Romuald Catoire, président de la Fédération lilloise du commerce, ne veut pas la généraliser. Pourtant, selon lui, certains propriétaires abusent de leur position, et sans garde-fou.

"Je pourrais vous citer l’exemple de baux commerciaux qui, lors du renouvellement, voient les prix multipliés par deux ou trois. Je ne suis pas pour une interdiction, mais une régulation, pour permettre aux commerçants d’avoir un modèle économique viable."

Pour Arnaud Doublecourt, directeur commercial de l’agence immobilière "3 par 3", certains torts sont partagés.

"Vous avez toujours des preneurs qui sont prêts à payer le prix fort alors que, s’ils attendaient un peu, ils pourraient avoir une boutique 20 à 30% moins chère en valeur locative" regrette-t-il.

Les logements déjà encadrés 


A Lille, un encadrement des loyers est déjà en place pour les habitations : le loyer d'un logement ne peut dépasser de 20% un seuil de référence fixé par le Préfet.

Martine Aubry avait été la première maire d'une ville de province à demander et à obtenir cette disposition.

Sur le même sujet

On a retrouvé un vitrail à l'effigie de Mamadou N'Diaye, guérisseur et figure historique de Roubaix

Près de chez vous

Les + Lus